MAROC
15/02/2018 06h:53 CET

Coupe du monde 2018: Au Maroc, une plateforme veut encourager les pronostics entre collègues

Getty Images/iStockphoto

FOOTBALL - La participation du Maroc au prochain Mondial de football sera, sans aucun doute, le rendez-vous immanquable de l'été 2018. Si le voyage jusqu'en Russie semble compliqué pour la plupart des supporters, la plateforme Pronatlas propose aux salariés d'entreprises marocaines un service de pronostics en ligne ludique pour miser sur les Lions de l'Atlas.

Adieu les colonnes Excel et feuilles volantes qui circulent dans les bureaux et où chacun inscrit ses pronostics. Pronatlas fournit aux entreprises une plateforme en ligne personnalisée et interactive sous forme de concours interne avec, à la clé, des cadeaux à remporter et mis en jeu par l'employeur.

Développée par KWIKS, une start-up marocaine spécialisée en fast-sourcing et Corporico, une start-up française qui avait lancé le concept en France lors de l'Euro 2016 (et qui a cartonné), Pronatlas est une plateforme jusque-là inédite au Maroc, qui se place sur le créneau des paris sportifs. En s'adressant aux entreprises, elle propose de faire vivre à leurs salariés une expérience fédératrice et amusante tout au long de l'événement sportif. Et cette prochaine Coupe du monde est l'occasion idéale pour lancer ce concept, après 20 ans d'absence du Maroc dans la compétition.

"Nous collaborons souvent avec Corpogames et lorsqu'ils ont lancé la plateforme 'Corporico' pour l'Euro 2016, nous avions trouvé l'idée très sympa. La France est habituée à participer à ce genre de compétitions mondiales donc ce genre de concept fonctionne très bien. Le Maroc un peu moins, du coup, lorsqu'il s'est qualifié pour le Mondial, nous avons tout de suite saisi l'occasion de développer le même concept ici", détaille Amine Khayatei, PDG de KWIKS, au HuffPost Maroc.

Développer l'esprit collectif

L'idée a déjà séduit plusieurs grandes entreprises marocaines comme la Royal Air Maroc, Saham ou encore Inwi. "Nous avons eu beaucoup de retours positifs et pas mal de demandes", ajoute-t-il. Les entreprises intéressées doivent consacrer un certain budget à investir dans l'intégration d'une plateforme personnalisée, et quelques dirhams par employé pour les lots, soit "environ le prix d'un sandwich et d'un coca", précise Amine Khayatei. L'entreprise HPS et les Fromageries Bel ont déjà mis la main au porte-monnaie pour intégrer la plateforme. "Pronatlas est bien plus intéressant et rentable lorsque la boîte compte beaucoup d'employés", précise-t-il.

Une fois la plateforme créée sur mesure en fonction des demandes de l'entreprise, les salariés s'inscrivent gratuitement sur un espace privé qui leur est dédié, avec leur adresse e-mail professionnelle. Ils sont alors invités à émettre des pronostics, modifiables jusqu'au coup d'envoi d'un match.

À la fin de chaque match, un classement est fait et chaque joueur peut le suivre et surveiller celui de ses collègues. À la fin du concours, les meilleurs pronostiqueurs sont récompensés par des lots. Il n'y pas d'argent à remporter, et c'est aussi là que Pronatlas se distingue des paris classiques. Sans compter que le tout est régi par un règlement rédigé par des avocats. Quant aux éventuels tricheurs, ils ne pourront pas sévir, promet la plateforme, qui assure que son sytème est automatisé et imperméable aux tentatives frauduleuses.

Au-delà du côté lucratif (quelques jours avant le coup d'envoi de l'Euro 2016, Corporico déclarait engranger "plusieurs centaines de milliers d'euros" dès le lancement de la compétition), le concept promet une aventure stimulante et ludique pour renforcer l'esprit collectif au sein d'une entreprise. "Le salarié occupe une place assez petite dans l'organigramme d'une boîte. Il est important de penser à lui, lui donner un sentiment d'appartenance, surtout pendant une période de joie pour les Marocains", défend Amine Khayatei.

Et pas besoin d'être expert en football, ni un fin stratège pour parier. De quoi créer des liens entre collègues ou déchaîner les passions aux pauses-café...

LIRE AUSSI: