MAROC
14/02/2018 14h:42 CET

Paris: Le "logeur de Daech" relâché ce soir

BFMTV / AFP

ATTENTAT - Le procès du "logeur de Daech" est arrivé à sa fin. Jawad Bendaoud, qui a hébergé les auteurs des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, sera relâché le soir du 14 février.

Pour le procureur, Bendaoud ne pouvait pas ignorer qu'il venait en "aide à des criminels en fuite". Cependant la présidente du tribunal à jugé que le dossier d'instruction et l'audience n'ont pas réussi à fournir les éléments nécessaires pour prouver que Bendaoud savait qu'il hébergeait les terroristes de l'attentat qui avait fait 130 morts et plus de 400 blessés, rapport la MAP.

"Après avoir quitté mes locataires, j'étais très tranquille. Posé sur mon balcon, avec vue sur le Stade de France, en train de me fumer un gros joint de beuh. J'ai mangé un sandwich escalope-Boursin – j'en ai même donné un morceau à mon chien – et j'ai regardé un film sur Netflix. Vous pensez vraiment que je savais que je venais de laisser des terroristes dans mon appartement?", avait lâché Bendaoud, qui a fait couler beaucoup d'encre suite à ses phrases cultes prononcées lors de son procès.

Jawad avait été interpellé dans la rue au matin du 18 novembre 2015, le jour de l'assaut du Raid dans un appartement à Saint-Denis, en banlieue parisienne, qui avait fini par tuer les trois terroristes de l'attentat du 13 novembre: Abdelhamid Abaaoud, coordinateur présumé de l'attaque et sa cousine Hasna Aït Boulahcen, ainsi que Chakib Akrouh.

D'après la MAP, le coup de téléphone qu'il avait reçu de Belgique dix jours avant l'attentat a été révélé sans rapport avec l'enquête. Plusieurs autres charges à son encontre son tombées au fil de l'instruction.

Youssef, un profil "plus inquiétant"

Le sort n'a pas été aussi clément avec les autres suspects du procès. Mohamed Soumah, qui a joué le rôle d'intermédiaire entre Jawad Bendaoud et Hasna Aït Boulahcen, cousine d’Abdelhamid Abaaoud, coordinateur présumé des attentats, a écopé de cinq ans de prison avec maintien en détention pour "recel de malfaiteurs terroristes", d'après la MAP.

Le frère de Hasna, Youssef Aït Boulahcen, et cousin d'Abaaoud, a quant à lui été condamné à quatre ans d’emprisonnement dont un avec sursis pour "non dénonciation d’acte terroriste."

Si cet ambulancier de 25 ans clamait son innocence depuis le début du procès, en affirmant, qu'il était aussi éloigné de son cousin "que l'Est de l'Ouest et le Nord du Sud", le procureur a jugé son profil encore "plus inquiétant" que celui des deux autres délinquants multirécidivistes. Selon lui, il "adhérait parfaitement à l'idéologie de l'Etat islamique".

La police avait notamment trouvé dans ses téléphones portables et son ordinateur "des documents salafistes, jihadistes ou antisémites et un montage comportant une photo d'Abaaoud", selon la MAP.

LIRE AUSSI: