MAROC
14/02/2018 14h:48 CET

Services de paiement: BAM donne son autorisation à cinq nouveaux venus

DR

PAIEMENTS - C'est officiel, l'activité de paiement ne sera plus réservée aux seules banques. Bank Al-Maghrib (BAM) vient de dévoiler aujourd'hui le nom des entités qui viennent de décrocher le précieux sésame pour opérer dans le secteur sans forcément être un établissement bancaire.

Il s'agit de 5 entités: Wafacash, Maroc Traitement de Transaction "M2T", Cash Plus, NAPS et la société Maymouna Services Financiers, filiale du groupe Saraya Holding, qui ont reçu un avis favorable par le Comité des établissements de crédit (CEC) pour exercer en tant qu'établissement de paiements.

La banque centrale précise que les quatre premières étaient déjà agréées, soit en qualité de société intermédiaire en matière de transfert de fonds ou en tant que société de financement spécialisée dans la gestion de moyens de paiement. Elles ont donc été autorisées à étendre leur activité contrairement à la dernière qui vient d'entrer sur le marché des paiements.

Cet avis favorable, souligne BAM, a été émis après l'étude et l'analyse de ces dossiers, notamment le programme d’activités, les fonds propres et la structure financière, la protection de la clientèle, le dispositif de gouvernance, la cartographie des risques (y compris le volet lutte anti-blanchiment et financement du terrorisme) et le dispositif de contrôle interne. La sécurité opérationnelle des moyens de paiement devant être offerts à la clientèle a également été passée à la loupe à la lumière des informations complémentaires demandées aux différents postulants.

Concrètement, ces organismes pourront ainsi offrir des services de tenue de compte qui "seront toutefois plafonnés à 20.000 dirhams et compensés par un compte dit de cantonnement en vrac tenu par les établissements de paiement auprès des banques", comme le rapporte ledesk.ma, premier à avoir donné l'information.

Le but étant de réduire la circulation de cash à travers la bancarisation des "petits revenus" qui n'étaient pas captés par le système classique. Le lancement de ces services permettra ainsi, selon BAM, "de compléter et de renforcer l'offre du secteur bancaire marocain et d’insuffler une nouvelle dynamique au marché".

À noter que le CEC s'est réuni le 24 janvier dernier pour examiner les dossiers de demandes d’agrément dans sa composition restreinte qui était constitué de deux représentants de BAM, dont le Wali en sa qualité de président, et de deux représentants du ministère des Finances, dont la directrice du Trésor et des Finances extérieures.

LIRE AUSSI: