MAROC
13/02/2018 13h:48 CET

L'analyse préliminaire révèle que le crash de Moscou peut s'expliquer par le givrage de sondes Pitot

Sergei Karpukhin / Reuters
REUTERS/Sergei Karpukhin

CRASH AÉRIEN - L'analyse préliminaire d'une boîte noire de l'avion russe qui s'est écrasé dimanche près de Moscou, a révélé que le crash pourrait être expliqué par le givrage de sondes Pitot, indique mardi le Comité intergouvernemental d'aviation (MAK).

Ce crash "peut s'expliquer par des données incorrectes sur la vitesse du vol" reçues par les pilotes, vu que ces sondes Pitot ou tubes Pitot sont le système responsable de mesure de vitesse dans les avions", souligne le MAK, organisme spécialiste dans les enquêtes des accidents aériens. Ces mêmes sondes de vitesse Pitot avaient été pointées du doigt en 2009, suite au crash d'un Airbus A330 d'Air France qui s'est abîmé dans l'océan Atlantique lors de sa liaison Paris-Rio, faisant 228 morts.

Un biréacteur Antonov An-148 de la compagne Saratov Airlines s'est écrasé dimanche à environ 70 km au sud-est de Moscou, quelques minutes après avoir décollé de l'aéroport international Domodedovo avec 71 personnes à bord, qui ont tous péri dans le crash.

Ce matin, le roi Mohammed VI a exprimé un message de condoléances au président russe Vladimir Poutine. Dans ce message, le roi exprime au président russe "ses vives condoléances et ses sincères sentiments de compassion, ainsi que sa solidarité et sa compassion pour les familles éplorées et le peuple russe ami".

LIRE AUSSI:Un avion de ligne russe s'écrase près de Moscou avec 71 personnes à bord