MAROC
12/02/2018 14h:20 CET | Actualisé 12/02/2018 14h:34 CET

Harcèlements sexuels à La Mecque: Plantu réagit à la polémique par un dessin

FEMMES - Il est délicat d'illustrer une polémique liée à l'Islam sans risquer de froisser un bon nombre de personnes. Le dessinateur Plantu, un habitué des thématiques périlleuses, a publié un dessin en réponse à la polémique #MosqueeMeToo, un hashtag apparu le 6 février et initié par la journaliste féministe américano-égyptienne Mona Eltahawy, elle-même victime d'une agression sexuelle alors qu'elle effectuait, à 15 ans, un pèlerinage à La Mecque. Le hasthag, vite devenu viral, a généré près de 6000 tweets, relatant pour la majorité de cas similaires d'abus sexuels et d'agressions, parfois physiques, dans des lieux de cultes et des lieux saints.

Depuis bientôt 50 ans, Plantu réagit à l'actualité, pour faire rire et interroger, avec des dessins qui plaisent... ou pas. Après ses caricatures sur l'affaire Weinstein, le Français a posté ce lundi 12 février sur son compte Twitter et son blog Le Monde, un croquis en réaction au récent scandale qui éclabousse le monde musulman.

Sur un fond vert, couleur de l'islam, figure la Kaaba autour de laquelle les musulmans effectuent le tawaf, également appelé la circumambulation. Tout autour, les hommes, vêtus de blanc, se laissent aller à des attouchements sur des femmes habillées de noir, la plupart affichant une expression de peur ou de mécontentement. Parmi elles, l'une d'elles déclare piteusement: "Le problème c'est pas La Mecque, c'est les mecs!". Un jeu de mots à travers lequel le dessinateur fait passer un message, qu'on suppose être le suivant: l'Islam n'est pas la cause du comportement des hommes à l'égard des femmes.

Retweeté près de 400 fois et liké plus de 1000 fois sur Facebook, le dessin ne semble cependant pas au goût de tout le monde. Si certains, en commentaire, applaudissent et approuvent le message véhiculé...

... d'autres vont jusqu'à dénoncer l'islamophobie voire la masculinophobie de cette remise en question du phénomène décrié ces derniers jours sur les réseaux sociaux, mais qui semble mettre ici tous les hommes dans le même panier. De la même manière, des internautes relèvent que toutes les femmes présentes sur le dessin sont physiquement harcelées, ce qui laisserait penser que toutes les femmes qui effectuent le pèlerinage à La Mecque font face à ce genre d'abus...

D'autres encore émettent des mises en garde, en allusion aux attentats de Charlie Hebdo:

Vivement critiqué en mars 2016 suite à des dessins jugés islamophobes et porteurs d'amalgames, lors de la polémique des hijabs et tenues musulmanes de la marque Dolce & Gabbana, Plantu avait justifié sa prise de position auprès de nos confrères du HuffPost France: "Je défends l'image de la femme. Je défends le droit des femmes. Je n'oublie pas le combat des féministes qui se sont battues contre la domination masculine".

LIRE AUSSI: