ALGÉRIE
11/02/2018 08h:15 CET | Actualisé 11/02/2018 08h:33 CET

Benkhalfa à la chaîne III: les subventions ciblées permettront à l'Etat d'économiser près de 1 200 milliards de DA

Ramzi Boudina / Reuters
Algeria's Finance Minister Abderrahmane Benkhalfa talks to the press during a news conference in Algiers, Algeria April 11, 2016. REUTERS/Ramzi Boudina

Les subventions ciblées permettront à l’Etat de gagner les deux tiers du budget qu'ils leur consacrent actuellement et qui ont atteint en 2017 1 760 milliards de dinars. Cette déclaration de l'ex ministre des finances Abderrahmane Benkhalfa, sur les ondes de la Radio chaine 3, dans l’émission L’invité de la Rédaction, vient confirmer l'accélération du processus annoncé par le ministre des finances et relayé par l'Agence de presse Reuters.

Ce choix du gouvernement, explique Benkhalfa est indispensable vu l'important coût budgétaire actuel des subventions. Lesquelles, insistent-ils, "perturbent les marchés et empêchent la concurrence de jouer son rôle".

L'expert financier souligne au passage que cette révision fait partie d’un "bouquet de mesures" relatives à l’ouverture de l’investissement, du champ économique et du développement des revenus. "Il faut, suggère-t-il, décélérer sur les subventions et accélérer sur l’investissement".

Si Benkhalfa est convaincu de la nécessité d’en finir avec le système des subventions généralisées, il restereste moins claifr sur la démarche à suivre pour atteindre cet objectif. L'ancien ministre des finances explore des voies passible de permettre la transition envisagée notamment "un passage graduel qui doit permettre d’augmenter les revenus par l’augmentation de l’investissement économique". Il notera, toutefois, qu'il était partisan des solution radicales; Et que pour lui, il faut envisager une "une méthode qui n’est pas lisse" et "préparer les conditions pour passer à une phase où l’ensemble des produits devraient changer de prix".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.