TUNISIE
08/02/2018 07h:06 CET

La Tunisie sur la liste noire de l'Union Européenne: L'UTICA appelle à revoir les politiques monétaires du pays

Mosaique Fm

Depuis l’annonce du classement de la Tunisie sur la liste noire de l’Union européenne des pays exposés au blanchiment de capitaux, les réactions fusent de partout contestant cette classification.

Indignée, l’Union Tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat (UTICA) a publié jeudi un communiqué de presse dans lequel elle souligne les retombées négatives sur l’image de la Tunisie à l’international de ce classement ainsi que ses répercussions sur les transactions avec les instances internationales et sa capacité à drainer les investissements étrangers.

L’organisation patronale a qualifié d’injuste l’intégration de la Tunisie dans cette liste noire, surtout que “le pays oeuvre à lutter contre le terrorisme et la corruption et vise à parachever le processus de transition économique” dans les meilleures conditions.

Elle a souligné, ainsi, la nécessité de lever le voile sur les circonstances et les défaillances qui auraient mené le parlement européen à mettre sur liste noire la Tunisie et a appeler à prendre en urgence les mesures nécessaires pour rectifier le tir.

L’UTICA a appelé, également, à revoir les différents aspects de la politique monétaire du pays.

Pour le ministère des Affaires étrangères, la démarche entreprise par la Commission européenne pour la prise de cette décision était “injuste et précipitée.”

“Dépourvue d’un système d’évaluation financière, la Commission européenne a adopté le rapport élaboré par le Groupe d’action financière pour le Moyen Orient et l’Afrique du Nord (GAFI/MENA), alors que la Tunisie avait adhéré volontairement au système d’évaluation de ce groupe et s’était engagée à mettre en œuvre un plan d’action qui prévoit un ensemble d’engagements visant à améliorer son système juridique et financier avant fin 2018”, lit-on dans le communiqué du ministère.

Intervenant sur les ondes de Shems Fm, le ministre des Affaires étrangères Khemaies Jhinaoui a assuré que la Tunisie sera retirée de cette liste en juin prochain. Il a fait savoir qu’il ne s’agit pas d’un incident diplomatique visant la Tunisie mais plutôt d'un problème technique.

La Tunisie et deux autres pays en l’occurrence le Sri Lanka et Trinité-et-Tobago ont été ajoutés mercredi sur la liste noire des États susceptibles d’être fortement exposés au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme, selon un communiqué publié, mercredi, sur le site du Parlement Européen.

LIRE AUSSI: Banque centrale de Tunisie: Youssef Chahed engage une procédure de limogeage contre Chedly Ayari, Marouane El Abassi pressenti

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.