ALGÉRIE
07/02/2018 10h:17 CET | Actualisé 07/02/2018 10h:17 CET

Syrie: enquête internationale sur les "allégations récentes" d'utilisation d'armes chimiques

ABDULMONAM EASSA via Getty Images
An elderly Syrian man carries a child as he walks through the dust following a reported regime air strike in the rebel-held town of Hamouria, in the besieged Eastern Ghouta region on the outskirts of the capital Damascus, on February 6, 2018.Fresh regime strikes on a besieged rebel-held enclave near Damascus killed more than 60 civilians on February 6, despite mounting Western pressure on Syrian President Bashar al-Assad. / AFP PHOTO / ABDULMONAM EASSA (Photo credit should read ABDULMONAM

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a annoncé mercredi étudier toutes les "allégations crédibles" récentes sur l'utilisation d'armes chimiques en Syrie, alors selon des rapports des armes toxiques seraient déployées par le régime.

"Les allégations récentes concernant l'utilisation d'armes chimiques en Syrie continuent d'être une source de grave préoccupation" et l'OIAC "étudie toutes les allégations crédibles", a indiqué dans un communiqué cette organisation internationale basée à La Haye.

Ces dernières semaines, le régime de Bachar al-Assad a été accusé d'avoir mené plusieurs attaques chimiques, notamment dans le fief rebelle de la Ghouta orientale, près de Damas.

Ces allégations ont poussé les Etats-Unis à brandir la menace d'une nouvelle action militaire, alors que la Syrie a nié l'utilisation d'armes chimiques, dénonçant les "mensonges" de la France et des Etats-Unis.

La Russie, allié indéfectible du pouvoir de Bachar al-Assad, a dénoncé de son côté une "campagne de propagande".

"Une méthodologie rigoureuse est utilisée pour mener l'enquête", et le rapport de la mission de l'OIAC "tiendra compte de la corroboration de témoignages, de recherches, de rapports médicaux ainsi que des échantillons obtenus", a-t-elle précisé.

"Toute utilisation d'armes chimiques est une violation de la Convention sur les armes chimiques et de la norme internationale durement gagnée qui interdit ces armes", a réitéré le directeur général de l'OIAC, Ahmet Üzümcü, cité dans le communiqué.

"Les responsables de leur utilisation doivent rendre des comptes. Ces armes abominables n'ont pas leur place dans le monde d'aujourd'hui", a-t-il poursuivi.

Plus de 96 % des stocks mondiaux déclarés d'armes chimiques ont été détruits à ce jour sous la supervision de l'OIAC.

La Syrie de Bachar al-Assad est devenu un Etat-membre de l'OIAC en 2013, admettant posséder un stock d'armes chimiques, sous la pression des Etats-Unis et de la Russie.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.