ALGÉRIE
07/02/2018 03h:57 CET | Actualisé 07/02/2018 03h:57 CET

Attentat contre le palais du Gouvernement en 2007: report du nouveau procès des inculpés

FAYEZ NURELDINE via Getty Images
Algiers, ALGERIA: Algerian firemen try to extinguish a burning vehicle after a huge blast in the Government Palace in the center of Algiers City 11 April 2007. At least 17 people were killed and scores injured in a series of car bombs that rocked the Algerian capital, including one that targeted the government headquarters. AFP PHOTO / FAYEZ NURELDINE (Photo credit should read FAYEZ NURELDINE/AFP/Getty Images)

Le tribunal criminel près la Cour d'Alger a reporté à la prochaine session criminelle le nouveau procès des inculpés dans l'affaire de l'attentat qui avait ciblé, le 11 avril 2007 , le Palais du gouvernement, et ce après avoir constaté qu'un des juges a fait partie de la composante du tribunal ayant prononcé en 2012 un jugement pénal à l'encontre des prévenus, a-t-on appris mardi de la Cour d'Alger.

La Cour suprême avait déclaré recevable le pourvoi en cassation interjeté par les accusés et le parquet contre le jugement rendu en 2012 par le tribunal criminel d'Alger à l'encontre des accusés et avait annulé le verdict et renvoyé les parties devant la même juridiction pour y être jugés avec "une nouvelle composante".

Lundi et après achèvement de toutes les procédures pénales à savoir la lecture de l'arrêt de renvoi, l'audition des accusés et des réquisitions du parquet, les plaidoiries des avocats et l'entrée en délibération, le Tribunal criminel a décidé, à 20h00, de reporter le procès après avoir constaté qu'un des juges composant le tribunal criminel chargé de réexaminer l'affaire faisait déjà partie de la composante du tribunal ayant prononcé le verdict en 2012, ce qui est formellement interdit par la loi.

Pour rappel, dix-huit (18) individus dont neuf (9) en fuite, parmi eux Abdelmalek Droukdel, sont poursuivis dans cette affaire criminelle qui avait fait 20 morts et 222 blessés.

Selon l'arrêt de renvoi, les mis en causes appartiennent à un groupe terroriste activant dans la région de Thénia (wilaya de Boumerdès) relevant de l'organisation terroriste "Al-Qaida au Maghreb Islamique (AQMI)".

L'attentat à l'explosif contre le Palais du Gouvernement avait été perpétré simultanément avec un autre attentat contre le siège de la Sûreté urbaine de Bab Ezzouar (Est d'Alger).

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.