ALGÉRIE
07/02/2018 09h:55 CET | Actualisé 07/02/2018 09h:59 CET

Ould Kaddour a un master et non un doctorat, selon le MIT

A picture taken on January 16, 2018 at In Amenas gas plant, 1,300 kilometres (800 miles) southeast of Algiers, shows Abdelmoumen Ould Kaddour, CEO of Sonatrach during a ceremony to mark five years since a deadly raid by Al-Qaeda-linked jihadists which left 40 hostages dead.The assault -- which left 29 attackers dead -- was claimed by one-eyed Algerian jihadist Mokhtar Belmokhtar, a former head of Al-Qaeda in the Islamic Maghreb. / AFP PHOTO / RYAD KRAMDI        (Photo credit should read RYAD KRA
RYAD KRAMDI via Getty Images
A picture taken on January 16, 2018 at In Amenas gas plant, 1,300 kilometres (800 miles) southeast of Algiers, shows Abdelmoumen Ould Kaddour, CEO of Sonatrach during a ceremony to mark five years since a deadly raid by Al-Qaeda-linked jihadists which left 40 hostages dead.The assault -- which left 29 attackers dead -- was claimed by one-eyed Algerian jihadist Mokhtar Belmokhtar, a former head of Al-Qaeda in the Islamic Maghreb. / AFP PHOTO / RYAD KRAMDI (Photo credit should read RYAD KRA

Le président Abdelaziz Bouteflika a nommé en mars 2017 l’ancien PDG de BRC déjà condamné par la justice, Abdelmoumen Ould Kaddour, à la tête de Sonatrach en remplacement de Amine Mazouzi. Problème : le profil de Ould Kaddour était moins brillant que celui de son prédécesseur…

Dans son communiqué annonçant la nomination de Ould Kaddour à la tête de Sonatrach, le ministère de l’Energie présentait Abdelmoumen Ould Kaddour comme détenteur d’un doctorat obtenu au bout de ses études au prestigieux Massachussetts Institute of Technology (MIT), la réalité est autre. Et c'est le MIT qui l'affirme: Ould Kaddour n’a pas de doctorat. Du moins pas du MIT.

"Abdelmoumen Ould Kaddour a obtenu un master en génie chimique le 20 septembre 1979 et un diplôme d’ingénieur chimiste le 20 février 1980. Selon notre bureau d’inscription, le diplôme d’ingénieur chimiste est un diplôme professionnel octroyé par le MIT dans le domaine de l’ingénierie mais ce n’est pas la même chose qu’un master ou un doctorat. C’est un titre distinct", nous a précisé Abby Abazorius, chargé des relations avec les médias au MIT.

Pourtant uur son Curriculum vitae (CV), disponible sur le site de la compagnie pétro-gazière nationale dont nous gardons une capture d’écran, Abdelmoumen Ould Kaddour dit avoir soutenu un doctorat en 1979 au MIT et donne même le titre de sa thèse: "L’étude stratégique sur le roll over dans les bacs de stockage du GNL".

Le PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour n’a pas souhaité réagir à nos multiples sollicitations. Loin du parcours brillant décrit par ce CV et sur la base duquel une campagne de réhabilitation a été menée, le présentant comme un cadre émérite victime d’un complot ourdi par les services de renseignement afin de l’évincer de son poste de PDG de BRC, filiale de Sonatrach spécialisée dans l’ingénierie.

En effet, cette campagne de réhabilitation de Abdelmoumen Ould Kaddour n’a pas hésité à enjoliver son CV pour justifier d’abord sa nomination en remplacement d’un détenteur d’un PhD, Amine Mazouzi, diplômé de l’université Paris VI (Pierre et Marie Curie) et de l’école centrale de Paris. Amine Mazouzi avait soutenu en 1995 une thèse de doctorat portant "étude thermique et hydrodynamique de la croissance de bulles de vapeur en ébullition nucléée".

Ainsi, et depuis l’arrivée à la tête de Sonatrach de l’ancien PDG de Brown & Root Condor (BRC), joint-venture associant la compagnie nationale à KBR, société britannique rachetée en 1996 par le géant américain Haliburton, les informations distillées ici et là par son service de communication sont destinées à soigner son image personnelle. "Il a un bon niveau (…) Il a lu 600 livres pendant les 20 mois qu’il avait passés en prison (…) il enseignait le français aux prisonniers (…)" entre autres formules du genre.

Abdelmoumen Ould Kaddour, faut-il le rappeler, a été condamné en novembre 2007 par le tribunal militaire de Blida à 30 mois de prison pour divulgation d’informations "secret défense" et emprisonné avant de bénéficier de la liberté conditionnelle en mars 2009. Ould Kaddour n’a pas fait appel pour casser la décision du Tribunal.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.