MAROC
06/02/2018 12h:17 CET | Actualisé 06/02/2018 12h:30 CET

Indice global de l'État de droit: le Maroc chute de sept places au classement World Justice Project

Getty Images/iStockphoto

GOUVERNANCE - L'ONG World Justice Project (WJP), basée à Washington, vient de publier son rapport annuel qui évalue et classe la primauté du droit sur le pouvoir politique dans 113 pays. Le Maroc dégringole de sept places et se retrouve en 67e position dans le classement 2017-2018.

Se basant sur plusieurs indicateurs comme l'absence de corruption, les droits fondamentaux, l'ordre et la sécurité, l'application des règlements ou encore la justice civile et la justice pénale, WJP a mené pas loin de 110.000 enquêtes auprès de ménages et 3.000 enquêtes auprès de différents experts. Au niveau du Royaume, les chiffres sont basés sur une enquête effectuée dans les villes de Fès, Casablanca et Tanger, où 1000 personnes ont été sondées en 2017.

L'année dernière, le Maroc occupait la 60e place et recevait note de 0,53 grâce à une progression en matière de lutte contre la corruption. Des progrès manifestement absents cette année puisqu'il enregistre, en 2018, une chute de sept places avec une moyenne de 0,51. Selon l'indice, plus un pays est proche de la note 1, plus il respecte l'État de droit.

Droits fondamentaux: le Maroc mauvais élève

Il y a une nette régression au niveau des entraves législatives au fonctionnement de l'exécutif où le royaume se classe 61e avec un indice de 0,55. Mais c'est au niveau de la protection des droits fondamentaux que le Maroc est dans le rouge. En effet, la liberté d'expression, la liberté de culte, la protection de la vie privée, du droit à la vie, la sécurité personnelle entre autres, sont des critères pris en compte dans l'attribution de cette note. Et le Maroc se classe parmi les mauvais élèves avec une moyenne de seulement 0,44. Il est talonné de près par le Kazakhstan (94e), l'Afghanistan (102e) ou encore l'Égypte (112e).

Concernant l'indicateur de gouvernement ouvert (Open Government), le royaume culmine à la 84e place avec un indice de 0,44. Ce critère prend en compte le droit et l'accès à l'information et juge l’efficacité d'un gouvernement à communiquer autour des lois et procédures qu'il adopte.

Seul indicateur en hausse: celui du maintien de l’ordre et de la sécurité. Le Maroc occupe la 70e place avec un indice de 0,69. La stabilité du pays et l'absence de conflits armés entre les civils et d'activités criminelles massives expliquerait cette note.

morocco

Au niveau de la région MENA, le Maroc est le seul pays qui enregistre une baisse et se classe 4e sur 7, derrière les Emirats Arabes Unis (32e), la Jordanie (42e) ou la Tunisie (54e). L'Algérie et la Libye sont absentes de l'enquête.

A titre comparatif, le Danemark, la Suède et la Finlande occupent, à tour de rôle, la tête des classements dans la majorité des indicateurs. L’Egypte, l’Afghanistan,le Venezuela ou encore le Cambodge occupent les dernières places.

LIRE AUSSI: