MAROC
04/02/2018 10h:43 CET | Actualisé 04/02/2018 11h:00 CET

Fusillade en Italie: "Mein Kampf" retrouvé dans la chambre du tireur qui a blessé six Africains

Twitter

FUSILLADE - Une fusillade a secoué l'Italie samedi 3 février, en pleine campagne électorale. Le bilan: six blessés, tous d'origine africaine, rapporte l'agence de presse italienne Agi. L'assaillant a vidé, lors de l'attaque, deux chargeurs de pistolet au volant de sa voiture dans la ville de Macerata dans le centre de l'Italie. Il aurait, d'après l'agence, crié "L'Italie aux Italiens!".

Les personnes visées, cinq hommes et une femme, originaires du Mali, du Ghana et du Nigéria, ont été transportées à l'hôpital, selon Agi. Quatre d'entre eux seraient dans un état critique, selon les médias locaux.

Le tireur, arrêté, est accusé de "tentative de massacre aggravé par un objectif raciste". Identifié par la police comme Luca Traini, 28 ans, ce jeune Italien au crâne rasé est un sympathisant d'extrême droite et avait été candidat aux élections municipales 2017 sous l’étiquette de la Ligue du Nord, parti populiste anti-immigration, selon l'agence de presse italienne.

L'enquête a révélé qu'une copie du livre d'Hitler, "Mein Kampf", ainsi qu'un livre d'histoire sur Benito Mussolini et plusieurs croix celtiques ont été trouvés dans le domicile de sa mère où il vivait encore, selon nos confrères du HuffPost Italie.

Selon le ministre de l'Intérieur Marco Minniti, cette fusillade "certainement préparée à l'avance" est empreinte d'une culture "d'extrémisme de droite avec des références claires au fascisme et au nazisme".

Des rumeurs se sont élevées sur une relation amoureuse entre Traini et Pamela Mastropietro, la jeune Italienne qui a été tuée et démembrée par un migrant nigérien quelques jours avant la fusillade. Quelques Italiens ont salué l'acte de "vengeance" de Traini et ont même créé une page Facebook "Luca Traini président". On pouvait y lire plusieurs commentaires défendant l'assaillant comme le rapporte Agi.

"Le geste de Luke doit nous faire réfléchir, reprenons notre nation!", lit-on dans un commentaire rapporté par l'agence de presse. Des internautes réclament même qu'on remette au coupable une "médaille de valeur" alors que d'autres demandent sa libération. La page a été vite supprimée par le réseau social.

L'oncle de la victime a quant à lui démenti les allégations selon lesquelles Pamela aurait été la petite amie de Traini.

"Nous ne connaissons pas cette personne, je ne vois pas comment il pourrait avoir une relation avec Pamela", a-t-il déclaré au site italien YouMedia. "Nous entendons toutes sortes de mensonges, comme quoi le père de Pamela était dans la voiture avec Traini, mais il est en ce moment à Rome", a-t-il tenu à rectifier.

LIRE AUSSI: