MAROC
02/02/2018 09h:01 CET

Tourisme: L'ONMT s'intéresse de très près au marché chinois

Youssef Boudlal / Reuters
Chinese tourists jump as they pose for photographs at the esplanade of the Hassan II Mosque in Casablanca, October 6, 2016. REUTERS/Youssef Boudlal

TOURISME - Face à l’effritement des marchés traditionnels émetteurs de touristes, l’Office national marocain du tourisme (ONMT) change son fusil d’épaule et s’intéresse au marché chinois. Et pour cause, rien qu’en 2017, le nombre de touristes chinois en visite au royaume a bondi de 240% pour atteindre les 100.000 visiteurs. Une performance exceptionnelle qui est la cause immédiate de la suppression de visas pour les Chinois désirant se rendre au Maroc, actée en juin 2016.

500.000 touristes chinois au Maroc en 2020

C’est en ce sens que l’ONMT organise du 31 janvier au 3 février la première édition du Forum maroco-chinois pour la coopération touristique. Initié par le département de Rachid Hamzaoui en partenariat avec la Fédération mondiale des villes touristiques WTCF, cette première édition table sur la participation de plus de 200 professionnels chinois et marocains. L’objectif étant de présenter les caractéristiques du marché chinois aux opérateurs touristiques marocains et échanger avec les Tours Opérateurs chinois lors de la session workshop programmée lors de cet événement.

Il faut dire que même si la demande touristique chinoise au Maroc est en pleine croissance, les parts de marché nationales demeurent faibles comparées aux autres destinations étrangères. "Chaque année, plus de 125 millions de touristes chinois sillonnent le monde. Les 100.000 que nous recevons au Maroc ne sont qu’une infime part de ce que nous pouvons réaliser", a déclaré jeudi à Casablanca Mohamed Sajid, le ministre du Tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale qui table sur 500.000 touristes "très facilement" en 2020.

Les opérateurs marocains ne se sont pas encore adaptés au client chinois

À condition bien sûr d’améliorer l’offre, car de l’avis même des opérateurs, beaucoup de choses restent encore à faire pour accompagner les besoins de cette clientèle. "Les professionnels marocains doivent prendre en considération l’importance de ce marché et adapter leurs produits aux exigences du touriste chinois", a insisté Sajid.

À en croire Li Li, ambassadeur de la Chine à Rabat, ces adaptations concernent principalement la langue, la différence des mentalités et la gastronomie. "Le touriste chinois s’attendra toujours à trouver dès son arrivée à l’hôtel une bouilloire pour pouvoir préparer son thé. Or, ils ne sont pas nombreux les établissements à le proposer alors que c’est une évidence pour le client", déplore Fouzi Zemrani, vice-président général de la Confédération nationale du tourisme (CNT).

Une liaison aérienne directe en 2021 ?

L’absence de liaisons directes entre le Maroc et la Chine est également un frein considérable aux échanges touristiques entre les deux pays. Le ministre du Tourisme a appelé en ce sens les compagnies aériennes opérant au Maroc et en Chine à ouvrir des liaisons aériennes directes. Selon Sajid, des négociations sont menées actuellement et pourraient aboutir à l’ouverture d’une probable ligne à horizon 2021.

À noter que selon un document de l’ONMT distribué à cette occasion, plus de 80% des touristes chinois déclarent être satisfaits de leur expérience au Maroc, tant sur le plan de l’accueil et du service, que l’offre des loisirs et animations. Pour rappel, le Forum a également été marqué par la tenue de rencontres B2B entre les professionnels chinois et leurs homologues marocains pour multiplier les opportunités d’affaires entre les opérateurs touristiques de deux parties.

LIRE AUSSI: