TUNISIE
01/02/2018 17h:13 CET

Tunisie-France: Trois accords de coopération universitaire signés, première réunion du comité stratégique mixte pour la création d'une université franco-tunisienne pour l'Afrique et la Méditerranée

ERIC FEFERBERG/AFP/Getty Images
French Minister of Higher Education Research and Innovation Frederique Vidal (L) exchanges signed accords with her Tunisian counterpart Slim Khalbous at the Presidential Palace in Carthage on January 31, 2018. / AFP PHOTO / Eric FEFERBERG (Photo credit should read ERIC FEFERBERG/AFP/Getty Images)

Trois accords de coopération universitaire ont été signés, jeudi, entre la Tunisie et la France, en présence du ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Slim Khalbous et son homologue française, Frédérique Vidal.

Ces accords ont été signés en marge de la première réunion du comité stratégique mixte entre les deux ministères pour la création d'une université Franco-Tunisienne pour l'Afrique et la Méditerranée, tenue au siège du ministère.

Le premier accord prévoit l'implantation de la représentation régionale opérationnelle du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) à Tunis.

Il a été signé par le ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Slim Khalbous et l'administrateur général du CEA, Daniel Verwaerde.

Le deuxième accord porte sur le renouvellement des accords-cadres de coopération de l'Université Panthéon-Sorbonne avec six universités tunisiennes.

Cet accord a été signé par le représentant de l'Université Panthéon- Sorbonne, Francois-Guy Trebulle, le président de l'Université de Tunis El Manar, Fethi Sellaouti, le président de l'Université de Tunis, Habib Sidhom, la présidente de l'Université de la Manouba, Jouhaina Gherib, la présidente de l'Université de Carthage, Olfa Ben Ouda, le président de l'Université de Sousse, Ali Mtiraoui et le président de l'Université de Sfax, Abdelwahed Mokni.

Le troisième document est un accord-cadre portant création d'un collège franco-tunisien pour l'enseignement des sciences expérimentales.

Il a été signé par le président de l'Ecole normale supérieure (ENS) Paris-Saclay, Pierre Paul Zalio, le président de l'Université de Tunis El Manar, Fethi Sellaouti, le président de l'université de Tunis, Habib Sidhom et la présidente de l'université de Carthage, Olfa Ben Ouda.

Création en 2019 d'une université franco-tunisienne pour l'Afrique et la Méditerranée

La première réunion du comité stratégique mixte entre la Tunisie et la France pour la création d'une université franco-tunisienne pour l'Afrique et la Méditerranée, s'est tenue, jeudi à Tunis, sous la présidence du ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Slim Khalbous et son homologue française, Frédérique Vidal.

"Cette université est un projet d'envergure dont le coût global est estimé à 30 millions d'euros", a déclaré à la presse, le ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Slim Khalbous, précisant qu'elle ambitionne d'attirer tous les étudiants francophones notamment les africains.

"Elle propose deux types de formations disciplinaires à savoir les sciences humaines et sociales ainsi que les nouvelles technologies de communication", a-t-il ajouté, soulignant sa détermination à associer les compétences tunisiennes expatriées à ce projet.

Et le ministre de souligner: "Ce projet ambitionne d'être un village universitaire où les étudiants pourront se restaurer, loger, et pratiquer des activités culturelles et sportives".

"L'accès à cette université sera gratuit aux étudiants tunisiens", a-t-il encore souligné, ajoutant que la priorité leur sera donnée dans l'attribution des bourses.

Selon Slim Khalbous, cette université sera implantée dans une région intérieure de la Tunisie, précisant que l'objectif à travers ce choix est de consacrer le principe de la discrimination positive.

Et de souligner que "Ce projet illustre parfaitement la nouvelle orientation stratégique que nous voulons donner à la collaboration entre la France et la Tunisie, une collaboration innovante, plus impactante qui promeut la culture et la langue françaises et prend en considération les dimensions sociales des deux pays".

La ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation dans le gouvernement français, Frédérique Vidal a indiqué, aux médias, que cette université commencera à accueillir les étudiants à partir de la rentrée 2019, soulignant que la formation dispensée dans cet établissement sera au service de l'insertion professionnelle des jeunes.

"L'objectif étant de créer une université franco-tunisienne qui a pour vocation de rayonner sur l'ensemble de l'Afrique et de la méditerranée", a-t-elle souligné, formulant le souhait de voir les pays respectifs mettre leur enthousiasme au service de la jeunesse et de l'insertion professionnelle des étudiants.

Elle a ajouté que le comité de pilotage mixte rassemblant les présidents des universités tunisiennes et françaises discutera des formations qui seront dispensées, du nombre des étudiants, etc.

La Déclaration d’intention pour la création de cette université a été signée par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Slim Khalbous et la ministre française de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’Innovation Frédérique Vidal, lors d'une cérémonie organisée, hier au palais de Carthage, sous la présidence du président de la République, Béji Caid Essebsi et son homologue français, Emmanuel Macron.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.