TUNISIE
01/02/2018 14h:41 CET

Macron en clôture du Forum économique Tunisie-France:"Vous avez choisi, au pire moment de l'histoire contemporaine, de faire le chemin inverse"

“Ce que vous êtes en train d’entreprendre, nous concerne” a lancé le président français Emmanuel Macron dans son discours de clôture du premier forum économique Tunisie-France, le jeudi 1er février 2018, sur le thème: "Réussir ensemble aujourd’hui et demain”.

“Ce qui se joue ici est décisif” a-t-il poursuivi en évoquant l’importance des enjeux actuels et leur impact percutant non seulement au niveau de la Tunisie, mais également au niveau de la France, du monde arabe et de toute la région.

Macron a rappelé qu’avec les 700 mille tunisiens de nationalité française et les 30 mille français vivant en Tunisie en plus des 1300 entreprises françaises installées en Tunisie, les intérêts des deux pays se croisent et leurs destins sont intimement liés.“Votre réussite nous importe” a-t-il martelé. “Parce que si vous échouez aujourd’hui, c’est tout le pari qui a été entamé par la Tunisie depuis plus de sept ans qui échoue” a-t-il argué.

Selon le président français, la Tunisie mène un combat exclusif. Le pays veut instaurer une “démocratie dite libérale” dans un contexte mondial de crise marqué notamment par “la fascination pour l'égoïsme, du fondamentalisme, d'inégalité et du nationalisme, et bousculée par les dérives religieuses et du terrorisme”.

“Vous avez choisi, au pire moment de l’histoire contemporaine, de faire le chemin inverse” a-t-il souligné. En effet, la Tunisie projette d’instaurer une démocratie attachée aux libertés individuelles, promouvant l’égalité entre les hommes et les femmes et appelant à une économie ouverte.

Certes le parcours s’avère long et difficile pour la Tunisie, mais Macron a exprimé l’engagement de la France à accompagner la Tunisie dans tout ce qu’elle entreprend. Il a noté que son pays continuera d’appuyer la Tunisie, pour combattre ensemble l’obscurantisme et le terrorisme et de l’accompagner dans toutes ses batailles du moment. “Nous allons vous aider à accomplir vos objectifs” a-t-il affirmé en évoquant le chantier économique qui attend la Tunisie.

“Notre engagement ne se résume pas en relation bilatérale” a-t-il encore précisé. Plus encore, a fait savoir Macron en notant que les relations étroites avec la France ouvrira les portes vers des relations tuniso-européennes plus accrues.

Par ailleurs, le président français a évoqué l’accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA) et de son importance cruciale à “bâtir un lien plus approfondi et mutuel” entre les deux parties. “La France est à votre côté” a-t-il lancé.

Macron a, d’autre part, passé en revue les principaux apports de sa visite. Il a abordé la création d’un fonds d’appui de 50 millions d’euros pour les jeunes entrepreneurs tunisiens. Une initiative qui traduit l’engagement de la France à vouloir appuyer la Tunisie.

Il a, par ailleurs, révélé que son pays veut prendre les choses en main notamment après avoir observé un recul dans ses parts de marché en cédant sa place du premier fournisseur de la Tunisie au profit de l’Italie en 2017. “Nous ne sommes pas suffisamment engagés et mobilisés” a-t-il regretté en définissant les six priorités sectorielles définies par la feuille de route franco-tunisienne pour le développement économique (Santé, éducation, agriculture, tourisme, numérique et énergie) pour remédier à cette situation.

Macron a précisé qu’une stratégie économique conjointe ne peut fonctionner que si elle est dans une logique de co-localisation: "non pas prétendre développer des activités en Tunisie pour aller chercher du moindre coût, de l‘optimisation mais aller chercher un marché où il y a des compétences”, a-t-il souligné.

Le président de la République française a également, mis l'accent, sur la nécessité de développer la francophonie et l'esprit d'entreprise, appelant les tunisiens à réfléchir et à élaborer eux-même des idées de projets que la France soutiendra par la suite.

Pour Chahed, la visite de Macron marque une alliance renouvelée entre deux nations

De son côté, le Chef du Gouvernement, Youssef Chahed s’est félicité de la décision française courageuse de reconvertir la dette tunisienne ainsi que la volonté réaffirmée de la France d’appuyer la Tunisie auprès des instances internationales.

Le Chef du Gouvernement a affirmé que la visite du président de la République française marque une alliance renouvelée entre deux nations qui se connaissaient qui se respectent et qui partagent non seulement une longue histoire mais aussi un présent et un avenir.

"La Tunisie et la France partagent aujourd’hui, les mêmes valeurs, celles de la démocratie, la liberté et la dignité" a t-il affirmé.

Sur le plan économique, Chahed a évoqué "les prémices d'une relance de l'économie qui sont d'ores et déjà perceptibles" tout en affirmant que "la Tunisie doit impérativement, satisfaire le plus grand défi auquel elle est confrontée: réussir sa transition économique. Ainsi, la mise en oeuvre du plan de développement 2016-2020, permettra à la Tunisie de rétablir les grands équilibres macro-économqiues, portant la croissance annuelle à 5%, à l'horizon 2020".

Il a fait savoir que la Tunisie a choisi la voie des réformes pour assurer une relance de l’économie tunisienne sur des bases saines, précisant que le pays a déjà entamé les réformes des finances publiques et des caisses de sécurité sociale et s’apprête à lancer les discussions avec les partenaires sociaux sur la restructuration des entreprises publiques et du système de subvention. La Tunisie entamera, également, la réforme du code des changes pour favoriser l’investissement.

Chahed a réitéré que la Tunisie compte sur la France, son premier client et fournisseur qui assure 22% de la valeur totale des échanges commerciaux du pays. La France est également, le premier pourvoyeur d’investissements étrangers en Tunisie.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.