TUNISIE
29/01/2018 12h:37 CET

Rached Ghannouchi à DW: "Notre relation avec Nidaa est excellente"

Anadolu Agency via Getty Images
ROME, ITALY - DECEMBER 3: Rached Ghannouchi, president of the Tunisian Ennahdha party, speaks during the Forum MED Mediterranean Dialogues summit in Rome, Italy, on December 3, 2016. (Photo by Riccardo De Luca/Anadolu Agency/Getty Images)

La relation entre Ennahdha et Nidaa et le dossier du terrorisme sont les principaux sujets évoqués par le dirigeant du mouvement Ennahdha Rached Ghannouchi lors d’une interview exclusive accordée à la chaîne allemande DW, en marge de sa participation aux travaux de Davos.

Le terrorisme est le produit de l'ancien régime

Pour Ghannouchi, l’ampleur du phénomène d’envoi de jeunes tunisiens vers les zones de conflit résulte des défaillances du régime de la dictature. Il a expliqué que la révolution n’a pas abouti au déclenchement de ce phénomène, bien au contraire. “Ces jeunes partis au Jihad ne sont pas le produit de la révolution mais de l’ancien régime” a-t-il souligné en ajoutant que “la Tunisie révolutionnaire ne peut pas élever des terroristes”.

À ses yeux, le sentiment d'humiliation provoqué notamment par la forte disparité entre les régions du pays, qui ne serait, selon ses dires, qu’un fruit de la dictature et de l’ancien régime, a fortement poussé ces jeunes vers le terrorisme.

“De ce fait, le développement de la Tunisie et la promotion du développement régional ne laisseront aucune place à l’émergence de ce phénomène” a-t-il poursuivi.

D’après le leader du mouvement Ennahdha, “ce qui se passe actuellement en Tunisie est une alternative au terrorisme”. Il a noté que l’instauration de la démocratie serait un antidote contre ce fléau.

Ghannouchi a, par ailleurs, fait savoir que la révolution tunisienne a réalisé tous ses objectifs à l’exception de celui relatif à la justice sociale et au développement régional. “Les jeunes d’aujourd’hui protestent, car six ans après la révolution aucune amélioration n’a été constatée au niveau social” a-t-il regretté.

“Nous avons la solution contre le terrorisme”

Une situation qui pourrait clairement changer avec une stratégie de réformes pertinentes, a-t-il noté. “Nous avons un programme pour développer le pays” a affirmé le dirigeant d’Ennahdha. Ce dernier sera basé sur la réforme du système économique du pays.

“Comme le système politique avait besoin de réformes, le système économique a, également, besoin de réformes majeures, afin que nous puissions booster notre économie et créer un environnement propice à l'investissement” a-t-il renchéri.

La Tunisie a besoin d’un plan Marshall

Le président d’Ennahdha a estimé que la Tunisie a besoin du soutien urgent des démocraties occidentales qui luttent, à leur tour, contre le terrorisme. “La guerre contre le terrorisme ne peut pas se faire uniquement avec des armes” a-t-il lancé en poursuivant “mais en investissant dans la démocratie dans le monde arabe et en encourageant les forces démocratiques au lieu d'encourager les dictatures”.

Ainsi, Ghannouchi a souligné la nécessité de mettre en place une stratégie, similaire au plan Marshall, en faveur de la Tunisie.

"Notre relation avec Nidaa Tounes est excellente"

Revenant sur le volet politique, Rached Ghannouchi a noté que l’alliance entre Ennahdha et Nidaa Tounes a créé une atmosphère de stabilité et a permis de forger une politique de consensus dans le pays. “C’est ce qui a sauvé la Tunisie d’un sort similaire à celui des autres pays du printemps arabe” a-t-il affirmé.

Et malgré les tumultes, Ghannouchi a estimé que le maintien de relation entre les deux parties joue en leur faveur et agit dans l'intérêt de la Tunisie. “Nos relations avec Nidaa sont excellentes et espérons qu’elles se poursuivent” a-t-il conclu.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.