MAROC
29/01/2018 13h:25 CET | Actualisé 29/01/2018 13h:27 CET

Deux chanteurs égyptiens arrêtés pour un clip "sexuellement explicite"

Sha3beyat Official

ÉGYPTE - Les autorités égyptiennes continuent leur guerre contre les clips dits "immoraux". Après la chanteuse Shima, condamné à un an de prison pour son clip "Andy zoroof" ("J'ai des problèmes"), c'est au tour de deux jeunes chanteurs égyptiens d'être condamnés à deux ans de prison pour "indécence".

Selon le journal en ligne Gulf news, leur titre "Zokko Zakka" ("Pousse un coup"), serait "sexuellement explicite". Dans le clip, publié en 2016, on voit un groupe de jeunes hommes chantant et dansant dans une maison, entourés de deux danseuses. Les deux chanteurs, peu connus selon Gulf News, sont Ahmad Nafae et Mahmoud Juma. Selon Stepfeed, ces derniers ont eu le droit d'attendre leur procès en appel en liberté contre une caution d'environ 282 dollars.

Ces derniers mois, les autorités égyptiennes multiplient les condamnations contre les musiciens publiant des contenus "violant la morale publique".

Si selon Gulf News ces condamnations sont dues à une multiplication de ces chansons dites "vulgaires", qui assureraient une célébrité rapide à leurs interprètes, d'autres pointent du doigt un renforcement des moeurs en Égypte. En début d'année, c'est la danseuse Leila Amer qui était détenue quatre jours pour le clip jugé "provoquant" de sa chanson "Boss Oumek" ("Embrasse ta mère"), rapporte l'AFP.

En 2015 déjà, deux danseuses avaient été condamnées à six mois de prison pour des clips "trop suggestifs", dans lesquels elles dansent vêtues de robes courtes aux décolletés plongeants.

Plus récemment, Doaa Salah, présentatrice égyptienne du talk-show "Dody Show", diffusé sur Al Nahar TV, a écopé d'une peine de trois ans de prison pour avoir parlé de grossesse hors mariage à l'antenne lors de son émission.

LIRE AUSSI: