MAROC
28/01/2018 05h:41 CET

Trump est prêt à signer l'Accord de Paris... s'il est largement modifié

ITV
Trump est prêt à signer l'Accord de Paris... s'il est largement modifié.

ÉTATS-UNIS - Le président américain Donald Trump serait prêt à signer l'accord de Paris sur le climat, mais seulement s'il comprend des modifications importantes, selon des extraits d'une interview qui sera diffusée dimanche 28 janvier au soir par la chaîne de télévision britannique ITV.

Donald Trump avait annoncé en juin 2017 que les États-Unis se retiraient de l'accord de Paris, le qualifiant de "mauvais accord" pour l'économie américaine, une décision désapprouvée internationalement. Bien qu'il reste ferme dans ses critiques contre l'accord historique signé par son prédécesseur, Barack Obama, Donald Trump s'est dit prêt à signer un accord remanié.

"Il faudrait qu'il soit totalement différent..."

"L'accord de Paris serait pour nous un désastre", a-t-il affirmé. "S'ils faisaient un bon accord... il y a toujours une chance que nous revenions", a-t-il ajouté, décrivant l'accord actuel d'"affreux" et d'"injuste" pour les États-Unis. Ce traité historique a été signé par 197 nations en 2015 après d'intenses négociations à Paris où tous les pays ont pris des engagements volontaires de réduction de leurs émissions de carbone.

"Si quelqu'un disait 'revenez dans l'accord de Paris', il faudrait qu'il soit totalement différent car nous avions un accord affreux", estime Donald Trump, toujours selon des extraits de l'interview. "Pourrais-je y retourner? Ouais, j'y retournerais... J'adorerais cela". Donald Trump, qui a déjà laissé la porte entrouverte à un retour dans l'accord de Paris en cas de renégociations sur lesquelles il est cependant toujours resté évasif.

"Pas féministe"

Dans le reste de l'entretien, le président américain a passé de nombreux sujets en revue pour ce qui était sa première interview télévisée avec un média étranger depuis son élection. Face au journaliste britannique et très conservateur Piers Morgan, il a par exemple évoqué ses rapports avec Theresa May et fustigé la faiblesse du Royaume-Uni face à l'Union européenne dans les négociations du Brexit.

Il s'est par ailleurs exprimé sur l'un des sujets du moments, la libération de la parole des femmes à travers le monde. L'occasion de déclarer: "Non, je ne me décrirais pas comme féministe. Enfin je pense que le dire serait sans doute aller trop loin. Je suis pour les femmes, pour les hommes, pour tout le monde."

LIRE AUSSI: