MAROC
28/01/2018 16h:59 CET | Actualisé 28/01/2018 17h:10 CET

Projet industriel du Souss: Coup d'envoi royal

DR

INVESTISSEMENT INDUSTRIEL - C'est fait, la région de Souss-Massa vient de se doter de sa déclinaison du Plan d'accélération industrielle 2014-2020. La présentation de cette déclinaison régionale a été faite aujourd'hui à Agadir par le ministre de l'Industrie et du Commerce, Moulay Hafid Elalamy sous la présidence du roi Mohammed VI. Au total, huit conventions ont été signées devant le souverain ainsi qu'un protocole pour la réalisation de 11 investissements industriels dans divers secteurs.

Le projet ambitionne la création de 24.000 emplois à terme

"Le projet industriel du Souss-Massa porte l’ambition de créer 24.000 nouveaux emplois à terme, en partenariat avec les fédérations professionnelles et dont les premiers seront générés par les projets signés aujourd’hui par des investisseurs privés", a souligné le ministre. Pour ce faire, une nouvelle démarche industrielle a été pensée. Elle se focalisera sur les secteurs industriels existants tout en développant de nouveaux créneaux dans le respect des normes environnementales et de la vocation touristique de la région.

Dans le domaine de la production agro-industrielle, la région sera érigée en plateforme de transformation de produits agricoles destinés tant au niveau national qu'au niveau continental. Un partenariat renforcé entre les ministères de l’Agriculture et de l’Industrie a été développé en ce sens au profit des opérateurs, à travers un programme conjoint d'accompagnement impliquant le Fonds de Développement Industriel et le Fonds de Développement Agricole, ainsi que la mise à disposition de l'agropole.

Une nouvelle zone franche de 300 hectares

L'infrastructure de la construction navale est également au menu et la région de Souss-Massa est déjà intégrée dans la stratégie nationale (5 milliards de dirhams de budget global) à travers un chantier naval. Le secteur de la chimie connaîtra quant à lui, un accompagnement spécifique, favorisant le développement des filières de la chimie organique et de la chimie verte. D'un autre côté, de nouveaux écosystèmes seront développés notamment, dans des secteurs émergents tels que la sous-traitance automobile, l’offshoring, le cuir, les matériaux de construction et la plasturgie.

Pour appuyer cette ambition régionale et en plus de l'accompagnement du secteur bancaire, des leviers complémentaires seront mis en place. Il s'agit d'une Zone Franche Industrielle de 300 hectares, intégrée dans une zone urbaine. "Elle donnera accès à un foncier industriel aux standards internationaux et à des prix compétitifs", assure Moulay Hafid Elalamy. Cette zone franche permettra de renforcer l’attractivité de la région et d’y drainer des activités exportatrices et créatrices d’emplois.

Les porteurs de projets de devront financer que 20%

La réalisation d’un Technopark et d’une Cité de l’innovation. Le premier sera destiné aux PME et aux startups du secteur des TIC et mettra à leur disposition des locaux prêts à l’emploi avec des services d’accompagnement. La Cité de l’innovation permettra, de son côté, de doter la région d’une infrastructure d’accueil technologique, facilitant l’accompagnement des jeunes porteurs de projets innovants.

Bonne nouvelle pour les porteurs de projets, ils ne devront garantir qu'un apport limité de 20% du montant du projet. Le reste sera financé par des investisseurs privés de la région à hauteur de 20%, par des subventions des Fonds de Développement Industriel et de l'Agriculture (20%) et par le secteur bancaire à des conditions avantageuses (40%). À noter qu'un milliard de dirhams a déjà été mobilisé par les Fonds de Développement Industriel et Agricole (500 millions de dirhams) et par le secteur privé de la région (500 millions de dirhams).

LIRE AUSSI: