MAROC
27/01/2018 07h:58 CET | Actualisé 30/01/2018 10h:52 CET

IT-girls de la Fashion Week: rencontre parisienne avec Kenza Sadoun El Glaoui

Instagram

STYLE - Depuis la création il y a 10 ans de son blog, La Revue de Kenza, Kenza Sadoun El Glaoui a réussi à se faire une place de choix dans le cercle des influenceuses web à succès. À 31 ans, la jeune blogueuse et youtubeuse d'origine marocaine enchaîne les collaborations avec les plus grandes marques dont Piaget, Guess, Lacoste, Tommy Hilfiger, L'Oréal, Motorola, Nike ou encore Etam, le tout avec beaucoup de style et une bonne dose de bonne humeur. Son secret? Ne jamais se prendre trop au sérieux.

La jolie brune partage avec ses 140.000 followers ses humeurs et ses coups de coeur mode, beauté et lifestyle, avec un style naturel, tout en légèreté. Nous l'avons rencontrée avant son départ pour le "Grand bal surréaliste" de Dior au musée Rodin, à l'occasion de la Fashion Week parisienne. Elle répond à nos questions avant de s'envoler pour Los Angeles pour une nouvelle aventure.

HuffPost Maroc: En créant "La revue de Kenza", vous attendiez-vous à un tel succès?

Kenza Sadoun El Glaoui: Pas du tout! Lorsque j'ai créé mon blog, il y a 10 ans, j'étais encore très jeune, j'avais 21 ans. Je n'avais pas pour ambition d'en vivre ou de gagner de l'argent à travers mon blog, ce métier n'existait même pas à l'époque. J'étais simplement une jeune étudiante en journalisme qui voulait créer une plateforme pour s'exprimer et échanger avec les autres.

Quel est le secret de la réussite quand on veut tenir un blog?

Ça n'est peut-être pas la bonne réponse, mais voici comment je vois les choses. Pour moi, il faut être avant tout aimer l'échange et le contact avec les autres. N'importe qui peut créer un blog et poster du contenu, mais il faut être passionné par ce que l'on fait, et aimer échanger avec les autres pour réussir à persister dans le temps.

Vous arrivez à garder un lien avec le Maroc?

Ce qu'il faut savoir, c'est que mes deux parents sont Marocains, alors certes, je suis née et j'ai grandi à Paris, mais la culture marocaine est en quelque sorte innée en moi. Mes parents et grands-parents parlent tous arabe… Donc le Maroc est dans mon sang, la question ne se pose même pas. De plus, comme ma mère vit entre Paris et Marrakech, j'y retourne très souvent.

Votre meilleur souvenir de Fashion Week ?

Celle de New York en 2011. C'était l'une des premières fashion week auxquelles je participais. C'était génial! j'étais jeune et je découvrais l'effervescence de New York dans un contexte de fashion week. Je me souviens avoir vécu cette expérience à 1000 à l'heure entre les défilés, les soirées et les évènements.

Une icône mode?

En réalité, les personnalités que je considère comme des icônes changent au gré de mes humeurs. Cela dit, il y a une femme dont j'ai toujours adoré le style, même si aujourd'hui, pourtant, elle doit avoir 73 ans. C'est Bianca Jagger, l'ex-femme du Mick Jagger. Elle a un style assez singulier, j'adore son côté masculin féminin.

Votre obsession mode du moment?

En ce moment, je suis assez portée sur les manteaux en fausse fourrure de couleurs. J'en ai acheté plusieurs.

Une tenue parfaite pour la Fashion Week?

Personnellement, je ne suis pas du genre à faire une tonne d'efforts parce que le rythme est tellement intense avec les défilés qui s'enchaînent. De plus, il est quasiment impossible de se déplacer en voiture à ce moment-là, donc dès que je finis un défilé, je saute dans un métro et, hop, me voilà repartie! Pour moi la tenue la plus efficace, c'est un beau pantalon, une paire de boots et chemise blanche, et une jolie veste ou un beau manteau. Pour ce genre d'événement, pour moi, le plus important c'est de rester dans l'élégance mais en misant sur le confort.

kenza sadaoun el glaoui

"Voici mon look pour la soirée Dior du 22 janvier au Musée Rodin. Je porte un ensemble H&M, une brassière Monki et un sac Lancel".

Un projet à venir?

Je pars pour deux mois à Los Angeles. Cela me permettra de créer du contenu assez diffèrent de ce que je fais à Paris. En fait, même si je tiens un blog mode, j'ai remarqué que là où j'ai le plus d'engagement, le plus de likes et de commentaires, c'est quand je suis à l'étranger, et que je partage des choses que les gens n'ont pas forcément la chance de voir. Je travaille également sur ma chaîne Youtube, que j'essaie de développer en parallèle du blog. C'est un vrai challenge pour moi, parce qu'il faut maîtriser beaucoup de choses: filmer la vidéo, la monter, publier… Pour le moment, je publie une vidéo par semaine. On verra comment tout cela va évoluer. Après Los Angeles, je chercherai un nouveau projet, une nouvelle destination. C'est une manière pour moi de m'évader. Cela fait 10 ans que je tiens mon blog, mes réseaux, que je suis à Paris… J'ai besoin d'aller chercher l'inspiration ailleurs.

LIRE AUSSI: