TUNISIE
26/01/2018 13h:10 CET | Actualisé 27/01/2018 07h:34 CET

Tunisie: La langue française "fait mieux que résister" selon ce reportage de France 3 (VIDÉO)

Dès leur plus jeune âge, les Tunisiens apprennent la langue française. Dans les écoles privées, elle est enseignée dès la première année primaire, deux ans d'avance par rapport aux écoles étatiques.

"C'est notre deuxième langue", dira un Tunisien pour décrire la langue française. Enfants, ils commencent déjà à l'apprendre, parallèlement à la langue arabe, différente du dialecte tunisien.

Le dossier de France 3

"Soixante ans après la fin du protectorat, la langue française fait mieux que résister en Tunisie", raconte le journaliste de France 3.

En Tunisie, la langue parlée, "tounsi", est un substrat de berbère, de punique, de latin. Elle est aussi influencée par le français, l'espagnol, le turc ou encore l'italien et bien évidemment, l'arabe.

"Dans les médias comme ailleurs, l'alternance des langues est omniprésente, sans aucune schizophrénie visible", dit encore le reportage.

C'est "une troisième langue", commente le journaliste Elyes Gharbi dans le reportage. Une troisième langue qui mixe l'arabe dialectal et classique, le Français, l'anglais, l'Espagnol ou encore l'Italien, ajoute-t-il.

Pour certains, cela va au-delà d'un moyen pour communiquer. Linda, une jeune maman, tient à ce que ses enfants maitrisent les langues étrangères. Pour elle, cela est synonyme de voyages, d'ouverture d'esprit et une possibilité de suivre des études à l'étranger plus tard.

La maitrise du Français est aussi une exigence quand il s'agit d'emploi. Dans le secteur du tourisme ou du commerce international, cela est inévitable, fait remarquer Mohamed Dhouib.

L'ouverture aux autres langues étrangères, la tentative d'arabisation après la révolution, la vitesse montante de la place de la langue anglaise... Rien n'y fait, les cultures tunisienne et française restent solidement attachées.

LIRE AUSSI: Quand les mots arabes conquièrent la langue française

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.