ALGÉRIE
25/01/2018 05h:27 CET | Actualisé 25/01/2018 05h:28 CET

Oran: une amende de 50.000 DA infligée à chacun des 11 harragas secourus au large de Cap Falcon

DR

Une amende de 50.000 DA a été prononcée mercredi par le Tribunal d’Aïn el Turck (à l’ouest d’Oran) à l’encontre de chacun des 11 candidats à l’émigration clandestine, secourus en mer, la veille, au large de la plage Cap Falcon, par des unités des garde-côtes, a-t-on appris de source judiciaire.

Les services de sécurité poursuivent toujours leurs investigations avec une douzième personne faisant partie de ce groupe de harragas. L’embarcation (un zodiac) à bord duquel se trouvaient ces rescapés appartiendrait à cette douzième personne, a-t-on ajouté de même source.

Selon la cellule de communication de l’unité territoriale des garde-côtes d’Oran, ces candidats à l’émigration clandestine sont des membres de deux familles parmi lesquels faisaient partie une femme et deux fillettes.

Une de ces deux filles, âgée de quatre ans, est toujours portée disparue. Les recherches menées par les éléments des garde-côtes pour retrouver cette disparue se sont poursuivies ce mercredi, a-t-on appris de ce corps de sécurité.

LIRE AUSSI: Oran: Une fillette de 3 ans disparue suite au naufrage d'une embarcation de harragas

Les harragas qui voulaient rejoindre les côtes espagnoles à bord d’une embarcation pneumatique, à partir des côtes de Cap Falcon, a été repérée par les gardes-côtes. C’est lors de l’opération d’interception que ces harragas ont essayé de changer de cap pour prendre la fuite avant que leur embarcation ne chavire et se renverse, a-t-on indiqué de même source.

Douze personnes ont été sauvées par les garde-côtes alors que la fillette a été portée disparue.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.