MAROC
24/01/2018 14h:23 CET

L'ASFF, le festival de court-métrage qui veut réconcilier les jeunes étudiants et le cinéma

CINÉMA - Avis aux amateurs de septième art: le festival de court-métrage de l’université Al Akhawayn (ASFF) revient pour une quatrième édition, du 14 au 17 mars à Ifrane et invite tous les étudiants marocains à y participer. La compétition avait réuni en 2017 plus de 56 participations de huit universités et écoles différentes du royaume, pour les catégories court-métrage, documentaire, publicité et clip musical.

Né en 2015 d’une collaboration entre l'école des Sciences Humaines et Sociales d’Al Akhawayn et le Festival du Court-Métrage Marocain de Rabat (FCMMR), le festival veut avant tout “faire revivre la culture du cinéma auprès des étudiants et de la région de Meknès, Fès, Ifrane”, comme l’explique la co-fondatrice du festival, et professeure à l’université Al Akhawayn, Naziha Houki.

“Les jeunes d’aujourd’hui consomment énormément de contenu audiovisuel à travers leurs écrans mobiles, sans prendre le temps de s'arrêter, discuter, analyser et apprécier le 7ème art”, regrette Houki. “On savoure son film dans son lit ou dans son salon mais rarement dans une salle de cinéma”, continue-t-elle.

L’idée du festival est donc parti d’une volonté commune de Houki ainsi que de l’organisateur du FCMMR, Saad Benanni, de faire revivre les “Moroccan Film Days, un des événements phares de l'université qui invitait des grands réalisateurs marocains à projeter et discuter de leur film avec les étudiants et professeurs.

“Nous voulions cependant y apporter un souffle nouveau et de jeunesse, tout en le démarquant des festivals existants, d'où le choix du court-métrage en y intégrant une compétition estudiantine”, souligne-t-elle.

Cette année, les vainqueurs seront nominés par deux grands réalisateurs marocains, Nour-Eddine Lakhmari et Laila Marrakchi, qui feront non seulement partie du jury mais animeront également des discussions avec les étudiants sur le thème des “vérités cachées”.

Lakhmari fera aussi (re)découvrir aux habitants de la ville d’Ifrane son dernier long-métrage Burn Out sorti en septembre 2017, en présence d’un des acteurs principaux du film, Anas El Baz. Leila Marrakchi présentera quant à elle son documentaire sur l’amour, diffusé en avril dernier sur 2M, “Zwaj El Wakt”, qui réunit les témoignages de plusieurs couples marocains.

Le festival avait déjà accueilli d’autres grands réalisateurs marocains comme Kamal Hachkar, Mohamed Abderrahman Tazi, Raja Sadikki, Adil El Fadili, Narrimane Faqir ou encore Othman Naciri, permettant ainsi aux participants de recueillir l’avis et les conseils de vrais professionnels sur leur travail audiovisuel.

“Le festival a été une formidable opportunité qui m’a permis enfin de montrer mon travail et prouver mon potentiel en tant que réalisateur”, raconte au HuffPost Maroc, Omar Ghiyati, 23 ans, un des vainqueurs de la troisième édition. “La compétition a été rude l’année dernière, les autres participants étaient talentueux et le contenu des vidéos sélectionnées étaient très diversifié”, se souvient-il.

Avec son court-métrage “Echoes of Sunshine”, cet étudiant en dernière année de production média à l’université Al Akhawayn d’Ifrane avait remporté le prix “choix du public”. Il avait aussi gagné le premier prix du jury lors de la deuxième édition avec son tout premier court-métrage, “The Last Portrait” (vidéo ci-dessous).

Mais le festival de court-métrage n’est pas qu’une soirée de remise de prix, c’est aussi de nombreuses activités pour en savoir un peu plus sur le monde du cinéma.

Un colloque réunira ainsi étudiants, professionnels et professeurs de cinéma autour de la “promotion des jeunes talents dans une industrie cinématographique durable”, dans le cadre du festival et au sein de l’université. De plus, un atelier découverte animé par deux professeurs de l’université Columbia de Chicago avec l’association Sahara Lab, permettra aux participants de se familiariser avec le matériel audio-visuel.

Les vidéastes auront jusqu’au 31 janvier pour s’inscrire à la compétition et jusqu'au 15 février pour envoyer leurs vidéos finales.

LIRE AUSSI: