TUNISIE
23/01/2018 12h:15 CET | Actualisé 23/01/2018 14h:10 CET

172 ans après l'abolition de l'esclavage, d'autres formes de servitudes subsistent toujours

wildpixel via Getty Images
Concept of censorship and freedom of speech crisis symbol and suppression in expression of ideas icon as a human behind in old barbed wire as a metaphor for depression and social isolation in a 3D illustration style.

Comme chaque 23 janvier, la Tunisie commémore l'anniversaire de l’acte beylical ayant aboli l’esclavage en Tunisie. L'expérience tunisienne de l'éradication de l'esclavage de 1841 à 1846 a été inscrite, en novembre 2017, au "registre de la Mémoire du monde" de l'UNESCO.

172 ans après, le marché des esclaves de jadis a disparu, mais le racisme envers les noirs en Tunisie est un mal d'actualité. La discrimination raciale gangrène toujours le pays. Pour l'enrayer, le conseil des ministres a adopté un projet de loi sur la discrimination raciale. D'autres formes d'esclavagisme et d'autres marchés ont vu le jour également. L'esclavage moderne prend d'autres visages sous la dénomination de la traite des personnes. (diaporama ci-dessous)

Les nouvelles formes d'esclavage

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.