MAROC
23/01/2018 11h:27 CET | Actualisé 24/01/2018 06h:12 CET

Coupe du monde 2026: Le comité fait le point sur le dossier "presque prêt" de la candidature du Maroc

AIC Press

FOOTBALL - "Méfiez-vous du Maroc, sa candidature n'est pas en retard", assure Moulay Hafid Elalamy. Pour la première conférence de presse accordée, ce mardi à Casablanca, par le Comité national de candidature à l'organisation de la Coupe du monde de football 2026, le président du Comité s'est montré confiant, assurant que le Maroc possède aujourd'hui les qualités et ressources nécessaires pour relever le défi.

"Le Maroc n'était peut-être pas encore prêt lors de ses précédentes candidatures (...) mais aujourd'hui, les infrastructures que demandent la FIFA sont déjà présentes et nous aurons largement le temps pour effectuer leur mise à niveau", déclare-t-il, rappelant les travaux accompli au niveau du TGV, des ponts et des nouveaux stades du pays.

Le Maroc aura néanmoins besoin de construire huit stades "modulables" supplémentaires qui devront avoir une capacité d'accueil de 45.000 à 50.000 places. Pour atteindre les critères imposés par la FIFA, le budget de préparation du dossier annoncé s'élève à 130 millions de dirhams. Un coût que le Maroc est financièrement capable d'investir, d'après Elalamy et qui ne portera pas atteinte au développement d'autres secteurs.

"Il n'y aura pas de déperditions", rassure le ministre de l'Industrie, de l'Investissement, du Commerce et de l'Economie Numérique. "Le Maroc va continuer à évoluer avec ou sans Coupe du monde, mais avec la Coupe, il y aura une nette accélération", explique-t-il, lors de cette matinée où le logo officiel de la campagne Maroc 2026 a été dévoilé.

Au delà des infrastructures, le Maroc dit avoir plus d'une corde à son arc. La tolérance, l'humilité, l'équité et la passion que l'on retrouve dans le royaume, d'après le comité, seront des points forts pour cette candidature. Moulay Hafid Elalamy a souligné que le Maroc reste un des pays les plus paisibles au monde et se place dans les premiers rangs en matière de sûreté comparé aux autres pays-candidats. "Le Championnat d'Afrique des nations (CHAN), c'est l'échauffement," ajoute par ailleurs Elalamy, rappelant qu'en termes d'expérience, le Maroc a déjà organisé deux Coupes du mondes des clubs.

Autre point fort pour le royaume: "l'humanisation de la coupe du monde". Rachid Talbi Alami, ministre de la Jeunesse et des sports explique: la géolocalisation du Maroc permettra aux supporters de plusieurs pays non seulement de rejoindre les stades en moins de deux heures de vols, mais aussi de proposer un fuseau horaire qui, selon le comité, convient à 80% des pays participants à la compétition, leur permettant ainsi de suivre les matchs de la compétition à des heures raisonnables de la journée.

Une candidature unique et africaine

Si d'autres pays comme les États-Unis, le Mexique et le Canada ont choisi d'allier leur force pour espérer augmenter leur chances d'organiser le mondial 2026, le Maroc, lui, a préféré déposer seul sa candidature.

"Nous avons fait le choix de faire une candidature unique mais qui est aussi une candidature africaine", déclare Elalamy.

Les noms de deux ambassadeurs qui défendront la candidature du Maroc, et révélés par le ministre de la Jeunesse et des sports, Rachid Talbi Alami, viennent d'ailleurs de deux autres pays africains: le footballeur international camerounais et ancien joueur du FC Barcelone, Samuel Eto'o, ainsi que le footballeur international ivoirien, Didier Drogba.

Le dossier, qui d'après le comité est "presque prêt", sera déposé à la Fifa le 16 mars. Une inspection sera ensuite effectuée par les membres du jury de la FIFA.

Le Maroc avait déjà tenté sa chance quatre fois précédemment pour la préparation de la coupe du monde en 1994, 1998, 2006 et 2010. Pour l'organisation de la Coupe du monde 2026, le verdict sera donné la veille du premier match de la coupe du monde 2018, le 13 juin 2018 à Moscou, lors du 68e Congrès de la FIFA.

LIRE AUSSI:

Coupe du monde: Voici le logo officiel de la campagne Maroc 2026