ALGÉRIE
20/01/2018 07h:54 CET | Actualisé 20/01/2018 08h:00 CET

Khelil, FLN, privatisations... Ouyahia règle ses comptes

NurPhoto via Getty Images
Launch of Alcomsat-1 satellite, in the presence of Prime Minister Ahmed Ouyahia members of the government, executives of the Algerian Space Agency (AZAL), TDA and Algeria Telecom Satellite (ATS) in Algiers Algeria on January 08, 2018 . (Photo by Billal Bensalem/NurPhoto via Getty Images)

C'est sous sa double casquette, celle du premier ministre et celle du secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), qu'a choisi de parler aux journalistes Ahmed Ouyahia. Une occasion pour le chef de l'exécutif qui a été recadré par le chef de l'Etat la semaine dernière de répondre à ses détracteurs et de regler ses comptes avec ceux qui se sont attaqués à lui ces derniers jours.

Soutien à Bouteflika s'il décide de briguer un 5e mandat

Comme attendu, Ahmed Ouyahia a tenu à rassurer sur ses intenions pour les Présidentielles de 2019. Il ne se portera pas candidat jamais si Abdelaziz Bouteflika décidait de briguer un 5e mandat. Il a rappelé que cette décision relevait de la constance de ses positions politiques. "Je l'avais soutenu les quatre précédents mandats et il serait incohérent de ne pas soutenir le cinquième mandat", a-t-il martelé.

Maintien de la charte du partenariat avec le patronat et l'UGTA

Sur la charte du partenariat signé avec le syndicat et le patronat, Ouyahia affirmera qu'il était toujours d'actualité et qu'il le restera car l'Etat n'est plus en mesure de gérer notamment les industries. Il précisera, dans ce sillage, que toute privatisation "sera soumise à des conditions très strictes" et que rien ne se fera sans l'aval de Bouteflika.

Il infirmera, par ailleurs, qu'aucun rapport sécuritaire n'a été fait à son sujet suite aux discours "alarmistes" qu'il avait adopté pour faire passer la pilule de la loi de finance 2018. "J'ai informé le peuple je ne lui ai dis que la vérité. Je ne l'ai pas menacé", a-t-il ajouté.

Le FLN est un allié stratégique

Ouyahia a affirmé avoir instruit les membres de son bureau politique de ne plus s'attaquer au FLN et de ne répondre à aucune critique émanant de ce parti allié. Il dira que son poste au premier ministère était par essence critiquable mais qu'il avait appris à mieux se protéger.

Khelil "l'ingrat"

Interrogé sur les critiques qui lui ont été asséné par l'ancien ministre de l'Energie M. Chakib Khelil, se refusant à répondre aux critiques de son ancien collègue, Ouyahaia a rappelé, tout de même, qu'il l'avait "défendu plus que quiconque en Algérie" le qualifiant au passage d'ingrat".

La liste des constructeurs automobile sera revisée

La liste des constructeurs automobile sera révisée prochainement a annoncé encore Ahmed Ouyahia soulignant que le dossier était sur le bureau du ministre de l'industrie et sera tranché prochainement.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.