MAROC
19/01/2018 15h:50 CET | Actualisé 20/01/2018 12h:51 CET

Affaire Latefa: "Elle est dans une grande souffrance psychologique, elle espère même mourir"

DR

SOCIÉTÉ - Depuis quelques jours, "l'affaire Latefa", cette jeune employée de maison de 22 ans torturée par ses employeurs, provoque l'émotion au Maroc. La femme qui l'employait a été arrêté par la police.

Ce vendredi 19 janvier, l'association INSAF, qui traite ce dossier depuis déjà plusieurs jours, a convié la presse à la demande du père de la jeune femme. Ce dernier, comme l'explique la présidente de l'association, Meriem Othmani, a été choqué par des articles de presse affirmant qu'il aurait reçu de l'argent de la part des employeurs de sa fille afin qu'il abandonne ses poursuites.

Mais triste tournure de situation, le père, originaire de Zagora, ne se présentera pas à la conférence de presse suite au décès de son frère qui l'hébergeait à Casablanca. Celui-ci, fragile et très affecté par le sort de sa nièce, selon sa famille, a succombé la veille à une crise cardiaque. Si le père de Latefa, en deuil, a renoncé à cette conférence, l'INSAF espère que celui qui veut "comprendre ce qui est arrivé à sa fille" s'exprimera dans les prochains jours.

insaf

Une forme de violence "incompréhensible"

Amina Khalid, bénévole de l'association depuis plusieurs années, est la première à avoir été avertie de la situation de Latefa. "J'ai été contactée par une médecin à la clinique où Latefa est hospitalisée à Casablanca", explique cette dernière au HuffPost Maroc. Depuis, la bénévole consacre chaque heure de la journée à cette affaire, entre la famille de Latefa, venue à Casablanca et la jeune femme toujours dans un état "très grave".

"Pour la première fois, nous observons une forme de violence incompréhensible, que ce soit par les méthodes utilisées ou ses effets. Latefa, en plus de son état de santé toujours faible, est dans une grande souffrance psychologique, elle espère même mourir", affirme de son côté Omar Saadoun, le responsable du programme de lutte contre le travail des enfants à l’association.

Au cours de la conférence de presse, s'est également exprimé le médecin qui a été le premier à voir la jeune femme après une visite à domicile. Ce dernier affirme d'ailleurs que Latefa avait vu un radiologue avant sa visite. "Je me demande comme ce médecin a pu voir cette jeune femme dans cette situation sans alerter les autorités". Des brûlures "surinfectées" qui datent d'au moins deux semaines ont également été observées par ce dernier.

Selon Amina Khalid, la jeune victime lui aurait affirmé que ses brûlures sont le résultat d'une "fourchette chauffée au feu". La jeune employée de maison aurait également été fouettée aux pieds.

La bénévole se dit d'ailleurs "surprise" de l'appel du médecin qui a prévenu l'association:"elle a eu nos coordonnées par le biais d'un confrère. Que des médecins d'une clinique privée nous appelle, cela ne nous arrive jamais". "Il y a tellement de personnes qui ne disent rien", se désole de son côté Meriem Othmani.

LIRE AUSSI: