MAROC
18/01/2018 12h:02 CET

El Khalfi dément avoir octroyé un quelconque don à Hespress

Mustapha El Khalfi/Facebook

DÉMENTI - En réaction à un article publié par le site d’information Rue20, hier mercredi 17 janvier, le ministre délégué chargé des Relations avec le parlement et la Société civile et porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, a publié un démenti sur sa page Facebook.

Il y rejette en bloc tout ce qui a été rapporté dans l’article intitulé "Source: El Khalfi a octroyé 45 millions de centimes puisés des fonds publics à un site électronique pour redorer son image (…)". Dans son article, Rue20 s’est référé à un autre site électronique, Telexpresse, qui précise que le média bénéficiaire du don serait Hespress. Et de rappeler que ce dernier avait, dans sa rubrique "Top et Flop" du 1er janvier 2018, placé le ministre dans le "Top" , estimant qu’il représente une "dynamo" et qu’il manque aux médias depuis son départ du ministère de la Communication.

Pour El Khalfi, ce que Hespress a publié ne peut en aucun cas être lié à un quelconque don qu’il aurait octroyé, puisqu’il a quitté sa fonction de ministre de la Communication le 21 octobre 2016. "Comment aurais-je octroyé à Hespress un financement de 45 millions en 2016 pour une publication en 2018?", s’interroge le porte-parole du gouvernement, précisant que Hespress n’avait pas hésité à le placer dans "le Flop", à plusieurs reprises et notamment lorsqu’il était ministre de la Communication.

El Khalfi a aussi tenu à souligner, dans son démenti, que ce n’est pas la première fois qu’il fait l’objet d’une diffamation de ce genre. Il a ainsi rappelé qu’en août dernier, le même site, Rue20, avait publié un article selon lequel il aurait offert un chèque de 150 millions en soutien au journal Attajdid un jour avant sa fermeture. En novembre dernier, ce média avait, indique le ministre, publié un autre article faisant référence à un concours du ministère de la Communication dont le déroulement a eu lieu plus de sept mois après son départ. "Et ce n’est qu’un échantillon des informations infondées et allégations de ce site me concernant", prévient-il.

Le porte-parole du gouvernement dénonce ainsi le fait que le média n’a jamais vérifié auprès de lui la véracité des informations qui lui sont attribuées avant de légitimer d'être en droit de saisir la justice.

Si le ministre a d'ailleurs bien précisé sa volonté de porter plainte contre le média en question, il se serait rétracté, selon ses proches collaborateurs contactés par le HuffPost Maroc, suite à la publication d'un démenti par Rue20.

LIRE AUSSI: