ALGÉRIE
17/01/2018 01h:10 CET | Actualisé 17/01/2018 01h:10 CET

L'inscription par l'UNESCO du Raï au patrimoine mondial est en "bonne voie"

John Phillips via Getty Images
DUBAI, UNITED ARAB EMIRATES - OCTOBER 30: Cheb Khaled performs live at the Gala event during the Vogue Fashion Dubai Experience 2015 at Armani Hotel Dubai on October 30, 2015 in Dubai, United Arab Emirates. (Photo by John Phillips/Getty Images for Vogue and The Dubai Mall)

L’inscription par l’Unesco du genre Raï comme chant populaire d’Algérie au patrimoine mondial est en "bonne voie", a affirmé mardi à Oran le professeur Slimane Hachi, directeur du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH).

Dans une déclaration à l’APS en marge d’une conférence intitulée "Autour de l’œuvre de Mouloud Mammeri" qu’il a animée au Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC) d’Oran à l’occasion du centenaire de la naissance de cet écrivain, Slimane Hachi a indiqué que "le dossier de l’inscription du Raï est en cours d’examen par les différents organes et experts de l’Unesco, et doit suivre toutes les étapes d’évaluation, comme tous les dossiers de demande d’inscription au patrimoine mondial".

Slimane Hachi a souligné, concernant le raï, qu'"il s’agit d’un genre pratiqué dans de nombreuses localités de l’Ouest algérien, mais qui est commun à tout le pays", rappelant que le raï est une pratique culturelle ancienne dont l’origine est le bedoui qui existe depuis des siècles.

"Notre démarche vise à le classer dans son historique, dans ses changements, ses mutations, comme il se transmet d’une génération à l’autre", a-t-il souligné.

Le directeur du CNRPAH a fait savoir que deux autres dossiers ont été transmis à l’Unesco, en mars 2016. Il s’agit de l’art de distillation d’eau de rose et de fleurs du bigaradier "taqtar", une pratique en cours à Constantine et dans de nombreuses régions d’Algérie, ainsi que le métier de "kialine el ma" (mesureurs de l’eau).

Un autre dossier devait être déposé auprès de l’Unesco pour son inscription au patrimoine universel. Il s’agit du couscous, plat traditionnel commun à toute la région de l’Afrique du Nord.

Dans sa conférence, Slimane Hachi a tenu à rendre hommage à Mouloud Mammeri, premier responsable algérien de l’ancêtre du CNRPAH, qui était écrivain, mais aussi anthropologue et dont les travaux ont été à l’origine du classement de l’Ahelil de Gourara au patrimoine universel de l’humanité par l’Unesco.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.