TUNISIE
16/01/2018 10h:14 CET | Actualisé 16/01/2018 10h:15 CET

Afrique, Amérique latine, Europe de l'Est: Programme d'une diplomatie économique tunisienne active pour 2018

Zoubeir Souissi / Reuters
Tunisian Foreign Minister Khemaies Jhinaoui speaks during the 8th ministerial meeting of Libya's neighbouring countries in Tunis, Tunisia March 22, 2016. REUTERS/Zoubeir Souissi

Le secrétaire d'État en charge de la diplomatie économique Hatem Ferjani a réaffirmé sur les ondes de la radio Mosaïque Fm, que 2018 sera l'année de l'Afrique pour la Tunisie.

"Nous avons ouvert de nombreuses représentations en Afrique dont la dernière à Ouagadougou au Burkina Faso et à Nairobi au Kenya. Nous avons 12 représentations diplomatiques en Afrique et 5 représentations économiques" a-t-il rappelé.

Selon lui, si ce sont déjà de bon indicateurs, il en faut d'autres: "Nous avons aussi mis en place une nouvelle ligne aérienne vers Cotonou au Bénin et Conakry (en Guinée). Nous souhaitons ouvrir d'autres lignes aériennes vers d'autre pays africains parce que l'entrée dans ces marchés est extrêmement important".

"Il y aura également l'ouverture d'une ligne aérienne vers le Soudan à Khartoum, où il y a une demande de tourisme médical et où 1,5 milliards de dollars vont vers d'autres pays (...) Si on arrive au Soudan, il y a d'autres pays à côté comme l'Éthiopie ou Djibouti" que la Tunisie pourra viser a-t-il affirmé avant d'ajouter: "Se diriger vers l'Afrique est maintenant très important (...) Nous sommes peut-être un peu en retard mais nous sommes entrés en force sur le marché africain avec nos moyens".

L'accès au marché africain est une priorité pour la diplomatie tunisienne qui y multiplie les visites et les rencontres. Dans ce cadre, l'adhésion de la Tunisie à la CEDAO augmentera forcément les chances de la Tunisie à atteindre ces marchés: "Comme vous le savez, la Tunisie veut faire désormais partie de la CEDEAO, ce qui est très important. La CEDEAO compte 15 États et a un PIB de 630 milliards de dollars".

Afin de parfaire la place de "Hub" vers l'Afrique que veut occuper la Tunisie, "le chef du gouvernement fera un périple au Nigeria, au Cameroun et au Ghana en plus de visites programmées par le ministre des Affaires étrangères" a indiqué Hatem Ferjani.

Place à l'Asie, à l'Amérique Latine et à l'Europe de l'Est

Si l'importance du marché africain pour la Tunisie a souvent été décrit par la diplomatie tunisienne, la Tunisie espère également être plus présente en Asie.

"Nous allons maintenant faire des missions économiques itinérantes dans de nombreux pays, notamment en Asie (...)" a affirmé Hatem Ferjani avant d'ajouter: "Quant aux Investissements Directs Étrangers, nous nous focalisons sur les pays asiatiques principalement comme la Chine".

Ainsi selon lui, plusieurs missions économiques itinérantes auront lieu en Asie: "Via nos missions économiques itinérantes nous irons à la fin du mois de février à Singapour, en Thaïlande et en Malaisie", où la Tunisie songe à ouvrir une nouvelle ambassade.

Après l'Asie, la diplomatie économique tunisienne mettra le cap sur "l'Amérique Latine. Nous irons au Mexique, à Cuba, au Chili et en Colombie. Nous réfléchissons d'ailleurs à ouvrir une ambassade au Mexique" a indiqué le secrétaire d'État.

Enfin, le tour du monde des visites économiques itinérantes se terminera par l'Europe de l'est: "D'autres visites économiques itinérantes auront également lieu au Kazakhstan, en Ouzbékistan et en Azerbaïdjan. Nous songeons également à ouvrir une ambassade à Astana au Kazakhstan".

"C'est notre nouvelle stratégie, de faire de la Tunisie une plateforme, un hub, un portail pour les pays africains et européens" a ajouté Hatem Ferjani.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.