ALGÉRIE
16/01/2018 05h:21 CET | Actualisé 16/01/2018 05h:21 CET

Une instance religieuse pour accompagner les établissements bancaires dans la finance islamique

Capture d'écran

Le président du Haut Conseil islamique (HCI), Bouabdallah Ghlamallah a annoncé, lundi à Alger, la création prochaine d'une instance religieuse pour accompagner les établissements bancaires dans la pratique de la finance islamique, composée de spécialistes en jurisprudence dans le domaine de la transaction financière et experts économiques.

Lors du Forum de la Radio nationale, M. Ghlamallah a précisé que cette instance qui relève du HCI "accompagnera les établissements bancaires dans la pratique de la finance islamique et appuiera la règlementation arrêtée par la Banque centrale pour garantir le plein respect des opérations commerciales islamiques", ajoutant que cette instance sera composée de "spécialistes en jurisprudence dans le domaine de la transaction financière et d'experts économiques".

M. Ghlamallah a exprimé la disposition de son instance à organiser des campagnes de sensibilisation pour "se rapprocher des différents opérateurs et leur expliquer les modalités d'accès aux opérations non usuraires, et ce à travers les médias", appelant les établissements bancaires à "ouvrir leurs portes aux citoyens pour clarifier cette démarche".

Le HCI "a formulé des propositions aux autorités concernées en vue d'adapter les textes réglementaires des opérations bancaires à la finance islamique",a-t-il ajouté.

Répondant à une question sur la place de l'éducation islamique dans les programmes scolaires, M. Ghlamallah a fait savoir que son instance "a émis, il y a deux jours, des observations sur le nouveau programme scolaire d'enseignement de l'éducation islamique dans les différents cycles, et ce à l'invitation du ministère de l'Education nationale".

Le HCI organisera en avril prochain une conférence internationale sur la place de l'éducation islamique dans les programmes scolaires à laquelle prendront part des chercheurs spécialistes chargés de l'enseignement des sciences islamiques aux nouvelles générations", dans le but de s'enquérir des expériences des différents pays musulmans, évaluer la situation de l'école algérienne et proposer les changements à introduire aux programmes scolaires et aux critères requises chez les enseignants en collaboration avec le ministère".

Evoquant le prêche, M. Ghlamallah a annoncé que la nouvelle composante du HCI "élaborera un programme, en vue d'encadrer les fatwas décrétées à partir des tribunes des mosquées et à travers les différents medias, en coordination avec le ministère des affaires religieuses et des wakfs et l'Autorité de régulation de l'audiovisuel (ARAV)", en vue de permettre aux muftis agrées par le ministère des affaires étrangères d'exprimer leurs avis religieux".

"Cette coopération avec le ministère dans le cadre des lois de la République n'est aucunement un chevauchement des prérogatives", a-t-il précisé, affirmant que le projet d'élargissement des prérogatives du HCI, en cours d'élaboration, concerne l'aspect consultatif et non exécutif".

Le président du HCI a évoqué l'extrémisme religieux, annonçant plusieurs projets élaborés par son institution pour faire face à ce phénomène, à travers "l'organisation de conférences dans différentes wilayas et une vaste opération de distribution de dépliants, afin de clarifier l'avis religieux sur les différents sujets liés à l'extrémisme".

Saluant les efforts de la Ligue des ulémas et prédicateurs des pays du Sahel, M. Ghlamallah a exprimé la disposition de son institution à coopérer avec celle-ci".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.