TUNISIE
15/01/2018 10h:30 CET

Quand Forbes revient sur la success story de la startup tunisienne Think.iT

NessCréatives/Facebook

La Tunisie regorge de talents inexploités, c’est ce qu'a révélé Forbes dans un article publié le 11 janvier 2018.

Si les entreprises du monde entier font face à la pénurie la plus aiguë de talents en technologie depuis 2007 et trouvent des difficultés à capter les compétences dont elles ont désespérément besoin, une startup tunisienne estime avoir trouvé la solution. Il s’agit de Think.iT. Cette dernière contribue à combler le fossé des talents en connectant les entreprises technologiques aux ingénieurs informatiques les plus brillants de la région.

Lancé en juin dernier, Think.iT a été fondée par trois entrepreneurs Joscha Raue, Mehemed Bougsea et Amal Abid. Trois jeunes que le destin a réuni il y a plusieurs années, rapporte Forbes.

“Ce qui nous unit est notre passion pour le mélange de l'impact technologique et social” a expliqué Raue en précisant que malgré leurs différents backgrounds, tous les trois partagent les mêmes valeurs et croyances.

Et d’ajouter que “grâce à la technologie, nous pouvons intégrer à distance les esprits brillants d'Afrique du Nord dans les meilleures équipes d'ingénierie et ainsi offrir des opportunités excitantes qui étaient auparavant hors de portée tout en aidant les entreprises à surmonter la pénurie mondiale de talents”.

En effet, Think.iT est un intermédiaire qui met en contact les jeunes talents à fort potentiel avec les entreprises internationales en quête de compétences. Ce n'est qu'en avril dernier que le trio a décidé de lancer leur projet et s’installer en Tunisie.

“Nous sommes venus en Tunisie avec une bourse de 10.000$ de la Maison Internationale (NYC) (...)” a expliqué Raue en évoquant les défis de taille auxquels ils ont dû faire face dont notamment les obstacles bureaucratiques et la formation de l’équipe, et ce avec des ressources très limitées: "Nous n'avons pas payé les salaires pendant 6 mois" a-t-il ajouté expliquant que cela était nécessaire pour le démarrage.

Forbes a fait savoir que ce mois-ci, l’équipe a reçu un financement à six chiffres grâce à une subvention d'innovation de la part du gouvernement allemand et une autre subvention d'innovation du Tamer Center for Social Enterprise à l'Université de Columbia. De nouveaux financements de l’ordre de 300.000$ sont également en cours de négociation avec des investisseurs providentiels de New-York, de Tunis et d'Allemagne.

Selon la même source, la première cohorte a terminé sa formation et travaille déjà sur des accords à long terme avec des startups à Berlin, Munich et en Belgique. Récemment, Think.iT a lancé une formation en faveur d’une quinzaine d’ingénieurs et a déjà reçu plusieurs demandes de partenariats de startups installés à Berlin et New-York pour les embaucher.

Think.iT table, ainsi, à devenir une référence en matière d'excellence technologique en Méditerranée, avec l'objectif de former 1000 ingénieurs d'ici 2020.

Concernant leur objectifs sur court terme, la startup envisage d’étendre ses activités à travers de nouveaux hubs en Tunisie et de se lancer dans d'autres pays attractifs.

“Il est extrêmement difficile de démarrer une entreprise dans un pays comme la Tunisie, mais le moment où l'on voit quelqu'un réussir et atteindre son potentiel libère énormément d'énergie” a poursuivi Raue en indiquant que le trio s’intéresse autant à la question de satisfaction personnelle que de réussite professionnelle.

Pour Think.iT, le côté humain a une place primordiale dans la vision de la startup. “En fin de compte, il ne s'agit pas de bâtir une grande organisation, mais plutôt de faire en sorte que nous intéressons aux individus et nous ferons de notre mieux pour les aider à construire leur vie et à leur offrir des opportunités qui répondent à leurs besoins” a-t-il conclu.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.