MAROC
15/01/2018 07h:18 CET

"Shithole countries": Airbnb vante la beauté du Maroc après l'insulte de Trump

HÉBERGEMENT - La polémique née suite aux remarques déplacées de Donald Trump sur les "pays de merde" dont il ne veut pas accueillir les ressortissants comme Haïti, le Salvador et certains pays africains, a inspiré Airbnb.

Selon le magazine américain Fortune, la plateforme mondiale de locations d'hébergements aurait déboursé pas moins de 100.000 dollars pour une campagne digitale faisant la promotion d'annonces dans les pays pointés du doigt par le président américain.

Sur Twitter, Airbnb a ainsi vanté la beauté du Maroc et l'hospitalité de ses habitants dans un tweet partagé le 12 janvier, accompagné d'une photo d'un riad de Marrakech bien connu des amateurs d'Instagram pour son décor très photogénique:

"Ce qu'il faut savoir sur le Maroc: Oui, c'est vraiment en Afrique. Et contrairement à certaines remarques récentes, c'est vraiment beau. Mais plus important encore, le pays abrite les gens les plus sympathiques, qui sont fiers de partager leur culture. Nous vous suggérons d'accepter leur offre."

Le PDG de la société, Brian Chesky, a lui aussi partagé plusieurs tweets sur son compte personnel pour promouvoir des destinations comme Haïti, le Salvador, le Ghana, le Kenya ou le Sénégal.

"Voici une belle maison dans laquelle vous pouvez séjourner en Haïti"

"2,7 millions d'invités sur Airbnb ont décidé que les pays d'Afrique, le Salvador et Haïti étaient assez beaux pour être visités", a écrit Brian Chesky sur Twitter, rappelant qu'il y a cinq ans, 3.000 hôtes étaient inscrits sur la plateforme en Afrique, au Salvador et en Haïti, et qu'ils ont gagné 6 millions de dollars. "Aujourd'hui, ils sont 75.000 à avoir gagné 170 millions de dollars", ajoute-t-il.

Trump a nié vendredi avoir utilisé l'expression "shitholes countries" ("pays de merde") lors d'une réunion sur le DACA, un décret qui protège les mineurs entrés illégalement sur le territoire américain. Mais ses propos ont été confirmés par plusieurs sénateurs présents lors de la rencontre.

"Le langage que j'ai utilisé lors de la réunion du DACA était dur, mais ce ne sont pas les mots qui ont été rapportés", a-t-il écrit sur Twitter.

Dimanche, il a également nié "être raciste" à un journaliste qui lui posait la question lors d'un dîner avec le chef de la majorité de la Chambre des représentants.

Ce n'est pas la première fois qu'Airbnb surfe sur les frasques de Donald Trump ou les décisions polémiques de la Maison blanche pour faire sa promotion. Le magazine Fortune rappelle que la plateforme avait proposé d'offrir un logement gratuit aux personnes touchées par le "muslim ban", la tentative de Trump d'interdire l'entrée aux Etats-Unis pour les ressortissants de certains pays à majorité musulmane.

Airbnb avait également diffusé une publicité pendant le Super Bowl critiquant l'isolationnisme promu par Trump. La plateforme avait enfin fermé les comptes de suprémacistes blancs présents lors du rassemblement d'extrême-droite à Charlottesville en août dernier.

LIRE AUSSI: