MAROC
16/01/2018 08h:18 CET

P-Pulse, le nouveau média qui veut inspirer les Marocains

Pulse

MÉDIAS - Il y a quelques jours, une nouvelle émission présentée par Kaoutar Boudarraja a fait son apparition sur les fils Facebook des internautes au Maroc. Baptisée "Le K", l'émission accueille pour premier invité l'acteur et musicien Fayçal Azizi. Sur un canapé dans un décor façon "comme à la maison", l'animatrice Kaoutar Boudarraja reçoit en toute décontraction le comédien, avec un échange alternant avec beaucoup de naturel entre darija et français. Et au vu des commentaires sur les réseaux sociaux, le concept, loin des codes figés des plateaux de télévision traditionnels, plaît.

L'émission est la première diffusée par P-Pulse, un tout nouveau média en ligne qui sera disponible exclusivement sur le net par le biais de plateformes comme Facebook et Youtube, mais aussi Instagram ou encore Snapchat, tandis qu'un site est également en développement. Le média aura notamment pour mission "d'inspirer les jeunes marocains", comme l'explique au HuffPost Maroc, Fayssal Zaoui, fondateur de l'agence de communication "Image Expérience" et créateur de P-Pulse.

Inspirer les jeunes

La ligne éditoriale? Positive mais aussi "inspirante", insiste Fayssal Zaoui. Une volonté qui passera notamment par une des émission du pure player, "Pulse Story", et qui présentera le parcours de personnes ayant réalisé des "exploits dans différents domaines, que ce soit le sport, le business, mais surtout des personnes évoluant dans des activités à caractère humain et combatif ", explique le jeune chef d'entreprise.

Pour Fayssal Zaoui, le web ne renvoie pas forcément aux jeunes marocains une image positive d'eux-mêmes. Ce dernier cite notamment comme exemple les vidéos les plus virales au Maroc, rarement réjouissantes. "Ces vidéos ne mettent pas en avant les jeunes et relaient souvent des scandales ou des polémique", poursuit-il. "À part quelques médias, il n'y a pas de contenu qui s’adresse à l’intelligence des marocains. Nous voulons donner la parole aux jeunes, mais aussi proposer des idées fraîches", promet-il.

La positive attitude

Fayssal Zaoui n'hésite pas à évoquer son expérience personnelle pour illustrer la capacité de réussite des jeunes marocains. "Moi-même, j’ai monté mon entreprise il y a cinq ans", se souvient-il. "Au début, ce n’était pas facile mais avec du travail, on a fini par s’en sortir".

Si les contenus pointeront parfois du doigt certains sujets de société problématiques au Maroc, comme "l'incivisme par exemple", il n'est pas question de s'étendre sur des sujets tabous ou polémiques, insiste Fayssal Zaoui. "Nous voulons montrer qu'au Maroc, il y a des gens merveilleux qui valent le coup d’être mis en avant", dit-il, et insiste notamment sur la nécessité de présenter aux plus jeunes des modèles de réussite. "Il y a des jeunes qui sont encore au lycée, pleins de doutes, et à qui on fait croire qu’il est impossible de réussir au Maroc. Ils ont besoin d’être inspirés. Il faut mettre en avant les gens qui se battent au Maroc, au moins des personnes qui y croient et qui bossent".

Pour l'instant, trois émissions sont en cours de développement mais d'autres devraient suivre rapidement. "Le K" sera diffusé une fois toute les deux semaines, tout comme "Pulse Story". Autre émission au programme, cette fois-ci plus légère: "What the pulse" reprendra plusieurs fois par semaines des informations (toujours positives) et drôles repérées sur le net.

Mais il faudra encore patienter un peu car pour l'instant, la date de lancement du média n'a pas encore été annoncée.

LIRE AUSSI: