ALGÉRIE
13/01/2018 13h:28 CET | Actualisé 14/01/2018 04h:41 CET

Béji Caid Essebsi revient sur les troubles sociaux en s'attaquant aux médias étrangers

Le président de la République, Béji Caid Essebsi s’est entretenu, samedi, avec les signataires de l'Accord de Carthage. À cette occasion, le président de la République est revenu sur les troubles sociaux qui ont touché le pays récemment.

“Je suis à distance égale de tout le monde. Ce qui est inacceptable c'est qu'il y a eu beaucoup d’exagération de la part des médias étrangers. Les médias tunisiens étaient modérés dans la couverture des évènements”, a lancé le président de la République. Et d’ajouter: “Les télés et les journaux étrangers ont terni l'image de la Tunisie parce qu'il y a des Tunisiens qui les provoquent et moi je les connais”.

Béji Caid Essebsi a salué les efforts des forces de l’ordre qui “ont accompli leur devoir”, a-t-il affirmé.

Quant aux partis politiques, il a pointé du doigt certains partis “à travers l’embrigadement et la provocation” des gens.

Le président de la République admet toutefois qu’il y a beaucoup de retard dans la réalisation de certains objectifs tels que la mise en place des institutions constitutionnelles, notamment la Cour constitutionnelle, a-t-il insisté.

“Les réformes économiques tardent à voir le jour”, a-t-il martelé, en évoquant notamment le chômage qui gangrène toujours et qui créé une “animosité sociale”. “Le climat social et politique n’est pas propice aux changements et l’administration tunisienne ne suit pas”, a-t-il expliqué.

Béji Caid Essebsi a conclu en invitant toutes les composantes sociales et politiques à faire preuve d"'humilité”, de patience et d’attachement à l'intérêt suprême du pays.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.