ALGÉRIE
12/01/2018 09h:28 CET | Actualisé 12/01/2018 09h:28 CET

Trump affirme qu'il n'a pas parlé de "pays de merde"

Yui Mok - PA Images via Getty Images
A man stands next to the Madame Tussauds wax figure of US President Donald Trump outside the new US Embassy in Nine Elms, London, after Mr Trump confirmed he will not travel to the UK to open the new building - and hit out at the location of the 1.2 billion dollar (£886 million) project. (Photo by Yui Mok/PA Images via Getty Images)

Le président américain Donald Trump a laissé entendre vendredi qu'il n'avait pas utilisé l'expression "pays de merde" lors d'une réunion avec des élus, la veille, sur l'immigration.

"Le langage que j'ai utilisé lors de la réunion était dur mais ce ne sont pas les mots utilisés", a-t-il tweeté.

S'appuyant sur des personnes présentes lors de la réunion à la Maison Blanche, plusieurs médias américains ont cité le président dénonçant l'immigration en provenance de "pays de merde" tels que Haïti ou des pays africains.

Sollicitée jeudi soir sur ces propos, la Maison Blanche n'avait pas contesté ou démenti, soulignant simplement, dans un bref communiqué, que M. Trump se battrait "toujours pour les Américains".

Ces propos ont suscité une vague d'indignation aux Etats-Unis et à travers le monde.

Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a jugé que, s'ils étaient confirmés, ces propos étaient "choquants et honteux" de la part du président des Etats-Unis.

Dans une longue série de tweets, M. Trump a par ailleurs une nouvelle fois défendu vendredi sa fermeté sur l'immigration.

"Je veux un système d'immigration fondé sur le mérite et des gens qui aideront notre pays à aller de l'avant", a-t-il écrit.

"Je veux la sécurité pour notre peuple", a-t-il martelé.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.