TUNISIE
11/01/2018 10h:01 CET | Actualisé 11/01/2018 15h:15 CET

L'association tunisienne "Mawjoudin" lance le premier festival traitant des genres et de la sexualité non normative de la région MENA

Il s'agit d'un premier pas pour la reconnaissance de la communauté LGBT+ tunisienne, l'association Mawjoudin (We exist) s'apprête à entamer son tout premier festival consacré au 7ème art. Le jeune événement, intitulé "Mawjoudin Queer Film Festival", aura lieu du 15 au 18 Janvier 2018.

"Ce festival émane des propositions des membres de l'association Mawjoudin au cours des séances du "Cinexist", ciné-club de Mawjoudin, qui existe depuis à peu près 1 an", explique un des coordinateurs de l'événement et porte-parole de l'association, au HuffPost Tunisie (celui-ci a souhaité conserver l'anonymat pour des raisons de sécurité).

L'association tunisienne Mawjoudin a été créée en 2014, dans le but de lutter contre les discriminations liées au genre et à l'orientation sexuelle. Elle avait déjà organisé plusieurs journées culturelles et projections avec l'organisation féministe Chouf, il s'agit ici de son premier festival d'ampleur.

"Les festivals se succèdent mais ne se ressemblent pas!" c'est par ces mots que s'introduit l'événement sur sa page, mettant d'emblée l'accent sur sa singularité dans le paysage local et au delà. "Mawjoudin Queer Film Festival" s'impose, en effet, comme le premier festival qui traite des questions de l'identité de genre et de l'orientation sexuelle non normative de la région MENA.

fv

À travers cette thématique, il s'agit d' "aider à mieux comprendre les thématiques genre et sexualité non normative, c'est à dire les non hétéro normatifs. Mieux comprendre ce que veulent dire le genre, l'identité de genre, la sexualité et l'orientation sexuelle", confie le porte-parole.

"Il s'adresse aux personnes non hétéro normatives et hétéro normatives aussi mais qui sont ouvertes au débat, ouvertes à la discussion, pour qu'il y ait vraiment une interaction et une prise de conscience sur ce sujet", poursuit-il.

La programmation, qui promet d'être inédite et audacieuse, sera animée par des artistes, membres de la société civile et des associations qui travaillent sur le sujet.

Le festival débute avec une cérémonie d'ouverture le 15 janvier, suivie par la projection d’ "Upon The Shadow", un docu-fiction signé Nada Mezni Hafaidh récompensé aux dernières Journées Cinématographiques de Carthage.

Le 16 et le 17 se suivront 2 jours de projections. Les matinées de ces 2 jours seront consacrées à des panels: Le panel "Queer as Art" traitera de la question de genre et de l'orientation sexuelle dans le monde artistique; "Queer and Resistance" s'intéressera d'autre part à la lutte Queer dans la région Afrique et Moyen-Orient et aux libertés.

Séance photo, musique engagée, lecture théâtrale et expo, autour de l'univers "Queer" sont également au programme.

Le programme de la campagne Mawjoudin 2018 sera également présenté "sous forme de BD et de stickers, c'est une première!", explique le coordinateur. "La BD parlera de tout ce qui est harcèlement dans les écoles et lycées en rapport avec l'expression de l'identité des genres et l'orientation sexuelle. Mais elle traitera aussi bien sûr de la discrimination que subissent les jeunes adultes dans le cadre de mariages forcés".

Une cérémonie de clôture annoncera enfin les œuvres récompensées.

L'ensemble de l'événement sera en entrée libre, dans la limite des places disponibles.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.