ALGÉRIE
10/01/2018 06h:13 CET | Actualisé 10/01/2018 07h:53 CET

Education: Benghabrit veut une loi qui interdise les grèves

Pour éviter les mouvements de contestation qui secouent périodiquement son secteur, la ministre de l'Education nationale Nouria Benghabrit veut interdire la grève, a-t-elle annoncé mardi 9 janvier.

"C'est peut-être le moment d'introduire un texte de loi pour demander justement que la grève soit interdite au niveau de l'éducation nationale", a affirmé Mme. Benghabrit lors d'un entretien à la radio algérienne.

"L'élève a un calendrier. Pour se mobiliser, il faut du temps. [Les élèves] rentrent en septembre, en juin ils passent leurs examens. Nous avons l'obligation de respecter ce calendrier et d'avoir une éthique de la responsabilité", a-t-elle ajouté.

"Ceux qui enclenchent les grèves, et qui sont mis à disposition, gardent leurs salaires avec leurs primes de rendement. Ce qui n'est pas le cas des autres fonctionnaires", a expliqué la ministre.

A la question de savoir si cette interdiction éventuelle va à l'encontre du droit à la grève et des droits syndicaux, Mme. Benghabrit a répondu: "En Allemagne, la grève est interdite dans les établissements".

Les employés de l'éducation en Allemagne organisent souvent des mouvements de protestation. En février 2017, une grève a mobilisé des milliers d'enseignants et affecté un nombre de classes.

La déclaration de la ministre arrive au moment où une grève paralyse les écoles de Blida et de Tizi Ouzou depuis un mois. Pour la responsable du secteur, il s'agit plutôt d'un problème relationnel que professionnel.

"Nos fonctionnaires ne savent pas dialoguer entre eux et surtout, ne savent pas trouver les mesures adéquates", a-t-elle lancé.

Afin d'éviter ses conflits dans le futur, la ministre a insisté sur le volet de l'encadrement.

"Un des axes fondamentaux du programme de formation que nous avons établi repose sur la problématique de la médiation", a-t-elle indiqué.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.