MAROC
07/01/2018 10h:42 CET

Guergarate: Le Polisario menace de bloquer le passage aux participants d'un rallye

DR

SAHARA- Après avoir essayé de bloquer le passage aux participants du Rallye Sahara Desert Challenge qui tentaient de se rendre en Mauritanie depuis le Maroc, le Polisario menace cette fois-ci d'empêcher les participants d'un second rallye, l'Africa Eco Race, de traverser, le 8 janvier, la région de Guergarate, indique la MAP.

Face à ces menaces et au déploiement de nouveaux éléments armés du Polisario dans la région depuis le 5 janvier, Omar Hilale, ambassadeur représentant permanent du royaume du Maroc auprès des Nations unies à New York, a annoncé que le "Maroc est revenu à la charge auprès des plus hauts fonctionnaires du Secrétariat de l’ONU et saisi les 15 membres du Conseil de sécurité" pour les alerter de la gravité de la situation, poursuit la dépêche.

Hilale a rappelé, samedi dans une déclaration à la MAP, que les présentes manœuvres du Polisario visent "désespérément à recréer le même scénario de crise que celui de mars et avril derniers". Ces "actes de provocation répétitifs" du Polisario violent, selon lui, "les accords militaires, mettent en péril le cessez-le-feu en place depuis 1991 et menacent dangereusement la sécurité et la stabilité dans la région", rapporte la MAP.

L'ambassadeur a ainsi réagi à l'avertissement, publié samedi dans un communiqué du Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. Le représentant de l'ONU avait déclaré qu'il était "profondément préoccupé par les récentes tensions accrues dans les environs de Guerguerate, dans la zone tampon".

Pour Guterres, “le retrait des éléments du Front Polisario de Guerguerat en avril 2017, ainsi que le retrait antérieur des éléments marocains de la région, ont été essentiels pour créer un environnement propice à la reprise du dialogue" sous les auspices de Horst Kohler, l'envoyé spécial des Nations unies pour le Sahara.

Guterres a également souligné que le transport civil et commercial “ne doit pas être entravé et qu’aucune mesure ne doit être prise qui pourrait constituer un changement au statu quo de la zone tampon”, indique la MAP.

La région de Guergarat, située à la frontière avec la Mauritanie, est, depuis août 2016, le théâtre de tensions entre Rabat et le Polisario. Le Maroc avait entamé des travaux de goudronnage d’une route entre une partie du Sahara et la Mauritanie dans l'objectif de "lutter contre la contrebande" et "garantir la sûreté et la sécurité des usagers de cet axe routier". De son côté, le front indépendantiste avait envoyé des hommes sur place. En février dernier, Antonio Guterres avait demandé aux deux parties de se retirer de la zone tampon le plus rapidement possible. Le Maroc annoncera peu après son retrait "unilatéral" de la zone tampon.

LIRE AUSSI: