ALGÉRIE
07/01/2018 07h:49 CET | Actualisé 07/01/2018 09h:58 CET

Crispation entre gouvernement et résidents: boycott massif des examens dès aujourd'hui

Les candidats à l'examen du DEMS (Diplôme d'études médicales spécialisées) ont décidé de boycotter leurs examens en solidarité avec le mouvement de grève amorcé en novembre dernier par leurs jeunes confrères. Ce blocage a été décidé suite à la bastonnade dont ont été victimes les résidents le 03 janvier dernier à l’hôpital Mustapha à Alger lors de leur rassemblement national.

Les "Demistes", qui devaient passer les examens leur permettant de devenir maîtres-assistants à compter du 07 janvier et jusqu'au 31 par spécialité, ont décidé de boycotter les épreuves.

Soutenus par leurs professeurs et les présidents de jury, les autres résidents, des internes et des externes, les candidats au DEMS de pédiatrie, les premiers dans la programmation, ont refusé de passer leurs examens ce matin à Mohamed Maherzi (ex-la Perrine).

Cette décision, apprend-on, s'inscrit dans le cadre de la solidarité agissante et la réprobation de la violente répression dont ont été victimes leurs jeunes confrères. Certains d'entre eux sont toujours aux soins intensifs, apprend-on auprès de la même source.

"Bien que les réformes, si elles venaient à être décidées, ne nous toucheront pas, nous avons décidé de soutenir les résidents qui mènent un combat juste et qui ne trouvent aucune compréhension ni solution auprès des autorités du pays", affirment-ils.

Ce bras de fer aurait pu trouver une solution si les autorités étaient plus ouvertes au dialogue, affirment nos interlocuteurs qui continuent à penser qu'il n'existe aucune volonté de dialogue.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.