ALGÉRIE
07/01/2018 05h:48 CET

Onze princes saoudiens arrêtés, accusés de refuser la nouvelle obligation pour la famille royale de payer l'eau et l'électricité

FAYEZ NURELDINE via Getty Images
Saudi Defence Minister Mohamed bin Salman (L) talks with Crown Prince and Interior Minister Mohammed bin Nayef during the 136th Gulf Cooperation Council (GCC) summit, in the Saudi capital Riyadh, on December 9, 2015. Gulf monarchs began arriving in Saudi Arabia for an annual summit, facing challenges including plunging oil revenues, the war in Yemen, pressure for peace in Syria and signs of regional divisions. / AFP / FAYEZ NURELDINE (Photo credit should read FAYEZ NURELDINE/AFP/Getty Im

Onze princes saoudiens ont été arrêtés jeudi après avoir protesté contre des mesures d'austérité rognant leurs avantages et ils seront jugés pour troubles à l'ordre public, a confirmé dimanche le procureur général.

Un média lié au gouvernement, le site Sabq, avait annoncé samedi que ces princes avaient été arrêtés après s'être rassemblés près d'un palais historique de Ryad, le Qasr al-Hokm, en signe de protestation contre une décision du gouvernement de cesser de payer les factures d'eau et d'électricité des membres de la famille royale.

Cette information a été confirmée dimanche par le procureur général, Saud al-Mojeb.

Ces princes réclamaient aussi une compensation pour la condamnation à mort d'un de leurs cousins, reconnu coupable de meurtre et exécuté en 2016, a-t-il ajouté dans un communiqué publié par le ministère de l'Information.

"Bien qu'ils aient été informés que leurs demandes n'étaient pas légales, les 11 princes ont refusé de quitter les lieux, perturbant la paix et l'ordre public", a-t-il précisé.

"Après leur arrestation, ils ont été inculpés d'un certain nombre de chefs d'accusation liés à leurs délits", ajoute le communiqué.

Ils sont détenus dans la prison de haute sécurité d'Al-Hayer, au sud de Ryad, selon le texte.

L'Arabie saoudite a adopté ces deux dernières années une série de mesures d'austérité, alors que la baisse mondiale des prix du pétrole a entraîné des déficits publics croissants.

Ryad a introduit le 1er janvier une taxe sur la valeur ajoutée de 5% et annoncé notamment une hausse des prix du carburant.

C'est dans ce contexte d'austérité que les autorités saoudiennes ont procédé à l'arrestation en novembre de plus de 200 princes au cours d'une purge anticorruption menée par le puissant prince héritier Mohammed ben Salmane.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.