MAROC
05/01/2018 10h:06 CET | Actualisé 05/01/2018 10h:13 CET

Les États-Unis reverseront 600 millions de dollars en matériel militaire à des pays de la région MENA (dont le Maroc)

Stocktrek Images via Getty Images

ARMEE - Alors que le président américain menace depuis plusieurs jours de couper les aides à des pays comme le Pakistan et la Palestine, des États arabes alliés des États-Unis devraient de leur côté recevoir du matériel militaire d'une valeur de 600 millions de dollars. C'est ce que révèlele journal en ligne Al Monitor, qui explique que cette stratégie vise à faire face au retour dans la région des anciens combattants de l'État islamique, notamment au Maroc et en Tunisie.

Le "Global Train and Equip Authority"

Comme l'explique Al Monitor, ces financements proviennent d'un fond peu connu du département de défense américain, le "Global Train and Equip Authority" (GTEA), établi par le Congrès après les attentats du 11 septembre 2001.

Ainsi, selon la même source, le Maroc devrait bénéficier de 18 millions de dollars pour financer une Unité spéciale chargée de "s'occuper de cette menace émergente" constituée par les terroristes de l'EI, ainsi que des camions, des armes et un entraînement dispensé par les forces spéciales américaines.

La Tunisie devrait également recevoir 31 millions de dollars de matériel militaire comprenant des gilets par balle et des hélicoptère rapporte le journal. Le pays bénéficiant des aides les plus importantes reste cependant la Jordanie, qui recevra de 138 millions de dollars en matériel comprenant des pièces d'hélicoptères, des jumelles de nuit ou encore des armes.

Dans la continuité de la stratégie américaine

Cette aide est "une poursuite de la stratégie américaine depuis le 11 septembre pour fournir des fonds dédiés à renforcer les capacités de nos partenaire", affirme à Al Monitor Seth Binder, gestionnaire du programme pour la surveillance des aides sécuritaires au sein du think thank américain Centre pour la Politique Internationale.

Al Monitor affirme par ailleurs que le président américain Donald Trump a fait "de la lutte contre l'État Islamique une priorité de sa politique étrangère", même si l'administration Obama avait également mis l'accent sur l'aide aux "forces locales" pour réduire la présence américaine sur les terrains de "guerre contre la terreur".

Les forces américaines devraient coordonner de près ces fonds puisque pas moins de 2500 militaires seront envoyés en Jordanie, au Maroc, au Liban..., afin de faire en sorte que "ces armes soient effectivement utilisées et qu'elles ne tombent pas entre de mauvaises mains".

LIRE AUSSI: