MAROC
04/01/2018 09h:18 CET | Actualisé 04/01/2018 09h:24 CET

Tweet frondeur: Le ministre de l'Emploi s'explique

Mohamed Yatim

POLÉMIQUE - L'affaire agite depuis quelques jours le petit cercle de la Twittoma. Le ministre de l'Emploi en exercice, Mohamed Yatim, aurait relayé sur le réseau social au petit oiseau bleu un article du Desk.ma qui pointe du doigt la situation de la précarité vécue par les ouvrières agricoles travaillant dans la société "Les Arômes du Maroc", filiale des "Domaines agricoles".

Le fait n'est pas banal au vu de la teneur accusatrice de l'article ce qui a poussé certains à y voir "un acte de courage d’un ministre en exercice, d’autant que le sujet concerne son département", alors que d’autres y ont vu "un acte de défiance du PJD envers le Palais sur une affaire manifestement ingérable par le gouvernement", comme le relatent nos confrères du Desk.ma dans un second article consacré au ministre.

Des accusations dont se défend l'intéressé qui a adressé ce 3 janvier, par le biais de son cabinet, un communiqué explicatif. Le premier élément qui en ressort est le démenti formel de Yatim d'être derrière ce post. Le ministre affirme même n'avoir été tenu au courant que plus tard par "des amis qui l'ont informé du contenu dudit article". Il ne sait d'ailleurs toujours pas comment l'article a été relayé sur sa page et assure "qu'une enquête est en cours" pour le découvrir.

Concernant la suppression du post incriminé, elle a été faite de "manière spontanée" assure le cabinet et non suite à des remontrances qui auraient été adressées au ministre en haut lieu comme supposé par certains sites électroniques. Un comportement qui n'a rien d'incohérent précise le communiqué, puisque Mohamed Yatim "n'adhère pas au contenu de l'article, ni sur la forme, ni sur le fond". Le responsable gouvernemental ajoute par ailleurs "qu'il ne se base pas dans ce genre de cas sur les articles de presse, mais plutôt sur les rapports et compte-rendu rédigés par les agents de l'inspection de travail".

Quant au délai entre la publication et la suppression, il serait uniquement dû "au temps nécessaire à la récupération du mot de passe perdu du compte". Ce dernier serait un ancien profil lié automatiquement au compte Facebook du ministre, ce qui expliquerait pourquoi le partage de l'article s'est fait à travers lui et non sur le compte actuel de Yatim. Supprimé plusieurs jours après sa mise en ligne, le post n'aura pas manqué entre temps d'être "immortalisé" par les internautes.

LIRE AUSSI: