MAROC
03/01/2018 09h:17 CET

Égypte: Le bitcoin a également sa fatwa

Ruben Sprich / Reuters
Egypt's Grand Mufti Dr. Shawki Ibrahim Abdel-Karim Allam attends the annual meeting of the World Economic Forum (WEF) in Davos, Switzerland January 22, 2016. REUTERS/Ruben Sprich

FATWA - Quand les autorités religieuses égyptiennes s'intéressent de près à un sujet d'actualité, on sait qu'une fatwa n'est jamais bien loin. C'est ce qui vient de se passer ce lundi 1er janvier 2018 quand Chawki Allam, grand mufti de la république égyptienne, a émis une fatwa dans laquelle il déclare illicite... le bitcoin!

Pour le dignitaire religieux, il serait interdit dans la Charia de posséder ou de procéder à des échanges (ventes, achats, locations) par le biais de la célèbre monnaie virtuelle, car elle n'est pas considérée comme "un moyen d'échanges acceptable par les autorités compétentes". Sans compter le caractère spéculatif du bitcoin, et donc de toutes les cryptomonnaies, qui sont assimilées par l'imam aux paris et aux jeux de hasard, interdits dans la loi islamique pour "les dommages financiers directs causés aux personnes et aux institutions qui les utilisent".

D'un autre côté, Chawki Allam évoque également l'utilisation du bitcoin pour le financement des groupes terroristes. Selon le grand mufti, il est facile "de garantir des ressources financières stables et sûres" pour ces organisations, vu la difficulté pour contrôler l'envoi de tels fonds par les banques ordinaires. Autant d'arguments que le directeur de Dar Al-Iftaa assure avoir débattu avec "des experts économiques" avant de sortir sa fatwa, dont le contenu fait écho avec les autorités égyptiennes qui critiquent de plus en plus les cryptomonnaies.

Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que le grand mufti et Cheikh d'Al-Azhar, la plus haute autorité de l'islam sunnite basée en Égypte, abonde dans le sens du discours officiel de l'administration Al-Sissi. En août dernier, l'imam s'est fait remarquer par une fatwa controversée autorisant les Égyptiens à donner leur zakat à l’armée égyptienne (budget annuel estimé à 6 milliards de dollars) à l'heure où son pays traverse une crise économique sans précédent et enregistre une inflation de 30%.

LIRE AUSSI: