MAROC
01/01/2018 08h:54 CET

"Alerte rouge": Le Secrétaire général de l'ONU appelle à "l'unité" (VIDÉO)

United Photos / Reuters
U.N. Secretary General Antonio Guterres speaks during the ceremony marking the closure of the U.N. tribunal for the former Yugoslavia in The Hague, Netherlands December 21, 2017. REUTERS/Toussaint Kluiters/United Photos

ONU - "Alerte rouge". C'est ce que le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a lancé, dimanche, dans un message destiné à un monde "où la situation ne cesse de s’aggraver".

S'il commence son message en souhaitant une joyeuse année à "tous ses amis à travers les mondes", son ton s'aggrave au fil de la vidéo. "Ce n’est pas un appel que je lance, c’est un message d’alerte, une alerte rouge pour notre monde", déclare-t-il, ferme dans la vidéo officielle mise en ligne le 31 décembre.

Guterres fait référence à son message de 2017 où il avait lancé un appel pour la paix, "malheureusement – et radicalement – c'est l’inverse qui s’est produit", regrette-t-il.

Dressant un tableau sombre de la situation en 2017, le Secrétaire général de l'ONU fait remarquer que "les conflits se sont envenimés et de nouveaux dangers sont apparus". Et d'ajouter que les craintes suscitées par les armes nucléaires "n’ont jamais été aussi fortes depuis la fin de la guerre froide".

Son constat sur les changements climatiques, les inégalités et les violations des droits humains n'a rien d'optimiste non plus, car Guterres attire l'attention sur l'accroissement de ces fléaux.

Mais ces drames ne sont pas irréversibles. Le Secrétaire général de l'ONU estime que la seule façon de résoudre les conflits et de restaurer la paix dans le monde, est "l'unité".

Il propose donc aux dirigeants des pays à prendre de nouvelles résolutions pour l'année 2018 telles que "réduire les écarts, surmonter les divisions, et reconstruire la confiance en réunissant les peuples autour d’objectifs communs".

"L’unité est la voie à suivre, notre avenir en dépend", a-t-il conclu avec un "merci" en sept langues différentes.

LIRE AUSSI: