ALGÉRIE
30/12/2017 07h:38 CET | Actualisé 30/12/2017 07h:41 CET

Espagne: mort d'un migrant algérien retenu dans une prison controversée

A woman hangs placards reading 'Nobody is illegal' and 'No flags no borders' outside the new and yet to open jail of Archidona, on November 26, 2017, where nearly 500 migrants who arrived in the country by boat last week are held.The Spanish government said that the migrants are held in Archidona´s jail due to a lack of space at immigration detention centres. Migrants who arrive in Spain by boat are usually initially detained in police facilities for identification and processing before being
JORGE GUERRERO via Getty Images
A woman hangs placards reading 'Nobody is illegal' and 'No flags no borders' outside the new and yet to open jail of Archidona, on November 26, 2017, where nearly 500 migrants who arrived in the country by boat last week are held.The Spanish government said that the migrants are held in Archidona´s jail due to a lack of space at immigration detention centres. Migrants who arrive in Spain by boat are usually initially detained in police facilities for identification and processing before being

La police espagnole a annoncé vendredi l'ouverture d'une enquête sur la mort d'un Algérien dans une prison où des centaines de migrants arrivés par la mer avaient été provisoirement placés fin novembre contre l'avis des ONG locales.

Le corps a été découvert vendredi dans la prison toute neuve d'Archidona que le ministère de l'Intérieur avait décidé d'utiliser comme centre de rétention administrative "provisoire" près de Malaga en Andalousie, dans le sud du pays.

"Une enquête a été ouverte pour éclaircir les circonstances de la mort de cet interné, âgé de 36 ans et de nationalité algérienne", a annoncé la police nationale dans un communiqué.

Le cadavre de cet homme "a été découvert à l'intérieur de sa chambre par des fonctionnaires chargés de sa surveillance" qui n'ont pu le ranimer, selon la police.

La justice avait autorisé le 20 novembre son placement en rétention jusqu'au 18 janvier, selon la même source.

Près de 500 migrants - majoritairement algériens - arrivés par la mer avaient été placés dans cet établissement pénitentiaire qui n'avait encore jamais servi, au grand dam des organisations de défense de leurs droits.

Les autorités avaient fait valoir que les centres de rétention pour étrangers étaient saturés et que cette prison était au moins équipée de "douches, chauffage, lits, salles de sport".

"Nous ne pouvons accepter que ces personnes restent en liberté sous prétexte qu'arrivent autant de bateaux et que nous pouvons les sauver", avait déclaré le ministre de l'Intérieur Juan Ignacio Zoido.

Le Service jésuite aux migrants avait fait valoir que la décision violait "des droits et garanties constitutionnels" des migrants.

L'Espagne a vu le nombre d'arrivées de migrants sur ses côtes tripler en 2017, au prix d'au moins 223 morts, selon le dernier bilan de l'Organisation internationale pour les migrations, une agence onusienne.

Jusqu'au 20 décembre, 21.468 personnes ont atteint les eaux ou les côtes espagnoles cette année, soit trois fois plus que les 6.046 de l'année précédente.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.