TUNISIE
25/12/2017 09h:58 CET

Khemaies Jhinaoui: La décision émiratie est "discriminatoire" et "inadmissible" (VIDÉO)

Intervenant sur les ondes de la radio Shems Fm, le ministre des Affaires étrangères Khemaies Jhinaoui a fait savoir que la décision des Émirats arabes unis d'interdire l'entrée des citoyennes tunisiennes sur leur territoire était "inadmissible".

Selon lui, la décision de suspendre les vols de la compagnie aérienne "Emirates Airlines", vers et à partir des aéroports tunisiens, ne sera levée que lorsque les Émirats trouvent une solution appropriée au blocage actuel et agissent conformément aux réglementations et conventions internationales déjà conclues.

“Ce n’est pas une crise diplomatique” a-t-il encore souligné en précisant qu’il s’agit plutôt d’une “décision technique par excellence”. Il a expliqué que les autorités émiraties ont reçu des menaces sérieuses visant des avions de leur compagnie aérienne. “C’est une opération sécuritaire” a-t-il renchéri en regrettant la manière dont la décision a été prise. “C’est de la discrimination. Cette mesure est inadmissible” a-t-il répliqué en estimant qu’il s’agit d’une décision unilatérale qui n’est pas conforme au droit en vigueur et aux accords signés entre les deux parties.

Jihinaoui a précisé que dans ce genre de situation, les deux pays se concertent entre eux avant de prendre une telle décision.

Toutefois, le ministre a affirmé que des efforts sont en cours pour trouver une solution et surmonter ces différends dans les plus brefs délais. “Nous trouverons un compromis dans les heures ou les jours qui suivent” a-t-il estimé, et ce "en préservation des relations de fraternité et de coopération entre les peuples tunisien et émirati".

Le ministre a également fait part de la réaction du ministre des Affaires étrangères des Emirats arabes unis, Cheikh Abdallah Ben Zayed. Il a affirmé que les Emirats arabes unis respectent la femme tunisienne et sont conscients de son rôle dans la société arabe.

Selon la porte-parole de la présidence de la République, Saïda Garrache, la décision de la Tunisien est réfléchie et non impulsive. Elle a argué, dans une interview accordée à Shems Fm que si la Tunisie peut “comprendre” les craintes émiraties, elle ne peut “accepter la manière dont les femmes tunisiennes ont été traitées”. Elle a, également, fait savoir qu’il ne s’agit pas d’une crise diplomatique mais d’une réaction pour défendre “la dignité du pays et des femmes tunisiennes”.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.