MAROC
24/12/2017 12h:12 CET

Les détenus du Hirak sont-ils privés d'eau chaude ?

Getty Images/iStockphoto

HIRAK - Contrairement aux informations relayées par certains sites électroniques, les détenus d'El Hoceima ont bien accès à l'eau chaude. C'est ce qu'affirme, aujourd'hui, la Délégation générale à l'Administration pénitentiaire et à la Réinsertion (DGAPR), par le biais d'un communiqué relayé par la MAP. Dans ce dernier, la DGAPR assure que lesdits prisonniers bénéficient "des mêmes conditions de détention que les autres camarades de cellules".

Pourtant, à en croire Amina Khalid, membre du comité de soutien des familles des détenus à Casablanca, contactée par le HuffPost Maroc, l'information de privation n'est pas complètement dénuée de fondement. "Pour l'instant, aucune visite n'a été rendue aux détenus pour confirmer ces informations, mais cela ne m'étonne pas de la part de l'administration qui est dans une relation conflictuelle permanente avec les prisonniers du Hirak", affirme-t-elle.

Des chauffe-eau et des poêles "confisqués"

Du côté de la délégation, c'est le démenti formel puisque "aucune distinction n'est faite entre les détenus du Hirak du Rif et les autres prisonniers". Ils ont à cet égard droit, comme l'ensemble des détenus, à une douche à l'eau chaude deux fois par semaine. Ils bénéficient également de la promenade quotidienne, qui est d’une durée de deux heures et répartie en deux périodes, l’une en matinée et l’autre dans l’après-midi", souligne la DGAPR.

Pour démêler le vrai du faux, les familles comptent s'assurer, au cours de la visite hebdomadaire des détenus, mercredi, des conditions de détention des détenus du Hirak.

L'information aurait, à la base, été donnée par un membre de la famille d'un détenu. Ce dernier aurait confié à son parent que les prisonniers d'El Hoceima n'avaient pas droit à l'eau chaude. "Nous avons déjà, avec les familles, fourni aux détenus des outils, notamment des chauffe-eau et des poêles qui leur ont été remis par le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH)", précise ce membre du comité de soutien de Casablanca. Mais la délégation les aurait "confisqué".

La DGAPR procède régulièrement à des opérations d’inspection à l’intérieur de l’établissement, qui sont menées "conformément à la loi en vigueur, à travers une fouille régulière et minutieuse des locaux destinés à la détention ou au travail", précise l'administration pénitentiaire.

LIRE AUSSI: