TUNISIE
22/12/2017 10h:06 CET

Fonction publique: Les femmes ayant un poste à responsabilité sont très minoritaires

Shot of an executive giving a whiteboard presentation to a group of colleagues in a boardroom
Peopleimages via Getty Images
Shot of an executive giving a whiteboard presentation to a group of colleagues in a boardroom

Selon une étude menée par le ministère de la Femme, de la famille et de l'enfance, seulement 5,8% des femmes fonctionnaires occupent un poste de direction générale dans la fonction publique. Tandis que 12,3% des femmes sont détentrices d'un poste de direction et 0,3% sont parvenues à détenir le poste de secrétaire générale, rapporte Mosaïque Fm.

Des taux relativement faibles qui reflètent le creusement de l'écart concernant l'égalité femmes-hommes au niveau du recrutement dans la fonction publique. Selon la même source, en 2012, parmi les 88 mille recrues de la fonction publique seulement 11 mille sont des femmes. De plus, 64% des diplômés de la promotion de l'Ecole nationale d'administration (ENA) en 2016 sont, en fait, des femmes.

D'après Mosaïque Fm, le taux du recrutement des femmes dans la fonction publique entre 2012 et 2016 s'est nettement replié, et ce contrairement aux hommes. Suivant les dernières statistiques, une femme sur quatre travaille dans le secteur public. Un constat "exagéré" puisque ce chiffre inclus, entre autres, les employées opérant dans les domaines de gardiennage et de nettoyage dont la situation a été réglée après la révolution.

Pis encore, le Président du Comité Général de la Fonction Publique, Mohamed Cherif, a évoqué lors d'une conférence de presse tenue en août dernier à Tunis, un autre chiffre inférieur à celui mentionné par le ministère de la Femme. D'après lui, le taux de représentation des femmes dans les postes de responsabilité dans le secteur de la fonction publique ne dépasse pas 2% de l'ensemble des femmes fonctionnaires.

Il a indiqué que le nombre de femmes qui ont une fonction s'élève, aujourd'hui, à 33% contre 25% avant 2010. Une augmentation qui s'avère insuffisante, estime-t-il en mettant l'accent sur la nécessité de conjuguer les efforts de toutes les parties intervenantes en vue de renforcer davantage la présence de la femme dans les postes à responsabilité ainsi que sa participation au processus de développement.

De son côté, Naziha Laabidi, ministre de la Femme, de la famille et de l'enfance a estimé que la situation de la femme en Tunisie n'est pas catastrophique bien au contraire dans la mesure, a-t-elle dit, où elle joue un rôle important dans la société en dépit de certaines insuffisances qu'il importe de surmonter afin de réaliser l'égalité totale entre l'homme et la femme.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.