TUNISIE
21/12/2017 10h:30 CET

La Cour d'appel inflige une amende de 550 mille dinars à l'ancien ministre Fadhel Abdelkefi

Tunisia's investment and international cooperation minister Fadhel Abdelkefi speaks during an interview on November 7, 2016, in Tunis.Six years since the revolution that swept away dictator Zine El Abidine Ben Ali, the country's fragile democratic progress has been threatened by economic stagnation that has stirred social unrest. / AFP / FETHI BELAID        (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images)
FETHI BELAID/AFP/Getty Images
Tunisia's investment and international cooperation minister Fadhel Abdelkefi speaks during an interview on November 7, 2016, in Tunis.Six years since the revolution that swept away dictator Zine El Abidine Ben Ali, the country's fragile democratic progress has been threatened by economic stagnation that has stirred social unrest. / AFP / FETHI BELAID (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images)

Le verdict est tombé! La Cour d’appel a émis, hier mercredi 20 décembre, son jugement contre l'ancien ministre du développement et de la coopération internationale Fadhel Abdelkefi dans l'affaire d'exportation de devises. Ce dernier s'est vu infliger une amende de 550 mille dinars.

En effet, cette pénalité financière est répartie entre 300 mille dinars comme punition contre le crime de change et 250 mille dinars, au titre du montant, objet dudit crime, qui n’a pas été effectivement saisi, rapporte Mosaïque Fm.

L'affaire a, en fait, a refait surface après la publication par le journal Achourouk dans son édition du mardi 15 août 2017 d'un article annonçant le fait qu'une peine de prison vient d’être prononcée par contumace à l’encontre d'Abdelkefi.

Achourouk avait révélé que la société de Fadhel Abdelkefi à savoir Tunisie Valeurs avait ouvert une filiale au Maroc. Afin de pouvoir exporter des sommes d’argent en devise vers le Maroc, la société en question a vendu des sites électroniques et des logiciels de programmation d’une valeur de 1,5 millions de Dirhams marocains soit 250 mille dinars tunisiens. Toutefois, la somme restante ne serait pas retournée vers le pays conformément à la loi de change, indique le journal.

Une information qui a été démentie par Abdelkefi lors d'une conférence de presse tenue à Tunis. Il a nié toute implication dans des affaires de corruption. Il a, toutefois, fait appel, le 10 août 2017, du verdict émis par la justice à son encontre en 2014 et qui le condamnait à la prison et à payer 1.8 million de dinars. Le ministre avait été condamné par contumace dans le cadre d'un procès intenté par la Douane Tunisienne à cause de transfert d'argent suspect, rapporte Mosaïque Fm.

Face à la pression, le ministre aurait demandé au chef du gouvernement de l'épargner de son poste à la tête du ministère des Finances, afin d'éviter que cette affaire n'interfère sur le travail du gouvernement. Démission qui a été acceptée par le chef du gouvernement.

En septembre dernier, le Tribunal de première instance de Tunis a statué le non-lieu dans cette affaire.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.